Alors que la culture lyonnaise continue à vivre à travers ses artistes, la rédaction de Kosmic a fait la rencontre d’une toute dernière figure montante de l’électronique : Romane Santarelli. De son live pour le Printemps Imaginaire aux sorties de ses clips, elle nous raconte tout.

L’épopée de Romane Santarelli commence pendant l’été 2019 avec la création des 4 titres de son 1er EPQuadri” sorti en Février dernier. Mais cette artiste ne t’est peut-être pas inconnue. Tu l’as probablement déjà croisée sur scène, derrière ses machines, accompagnée de Marion Lhoutellier au violon, dans un duo nommé Kawrites. Après 3 EPs sous cette appellation, les deux amies ont pris leurs routes respectives.
Qui dit nouveau projet, dit nouveau nom : “Santarelli, c’est le nom de jeune fille de mon arrière-grand-mère : Alexandrine Santarelli. J’ai choisi ce nom pour l’hommage et parce que ça faisait un peu plus classe que Duchalet. (rires)” Et c’est ainsi que depuis Septembre dernier, cette jeune étoile montante aux productions teintées d’électronique minimaliste ne cesse de grandir, accompagnée par Mediatone Booking.

Quadri : une aventure intérieure 

Tu connaissais peut-être déjà le titre Lovu” qui existait avant l’été 2019. “Log Lady”, “Ariel 1000” et “Wide Awake”, quant à eux, sont nés entre quatre murs pendant cette période que Romane nous décrit comme complexe : “J’étais en plein déménagement. C’était un moment de changements sur tous les points. Je m’étais mise beaucoup de pression : il fallait absolument que je produise quelque chose de qualitatif pour ce nouveau projet. Avec le contexte de confinement actuel, je me revois exactement comme l’été dernier.
Et pourtant, à l’écoute des 4 titres qui composent cet EP, les samples planants et les boucles instrumentales électroniques que nous dévoile Romane Santarelli semblent pourtant comme une invitation au voyage et à l’évasion : “Tous les retours que j’ai eu sont souvent liés à des expressions de type : “de vastes horizons / une infinie étendue / de longs paysages” alors que je n’ai pas bougé de toute cette période de création. Je voyage très peu de base, je suis quelqu’un de plutôt sédentaire… (rires)” C’est là qu’une question se pose : cet EP ne t’embarquerait-il pas plutôt dans une plongée en eaux profondes, dans les paysages intérieurs et quasi lunaires de Romane ?

Water Moon Pattern : une immersion prometteuse

Le 8 Mai dernier sortait le clip d’un morceau original, composé et finalisé en 24h au tout début du confinement : “Water Moon Pattern”. Co-réalisé avec Simon Pastoors, tu peux y découvrir plus de 3 000 images qui s’enchaînent en accéléré, rythmées par un timer qui part de 4,5 milliards : “C’est un petit hommage à Avalon Emerson, une de mes influences du moment, qui a utilisé ce concept de diaporama accéléré dans ses clips.” Quant au décompte, il fait référence à l’âge estimé de notre bon vieux satellite : la Lune. La superposition dynamique rapide des photos de vagues donnent une sensation d’urgence à ce début de clip. Le premier drop nous surprend avec une immensité bleue qui défile à toute vitesse pour nous y plonger entièrement dès le deuxième. L’immersion est finalement totale avec l’apparition de motifs colorés coralliens dans un ballet hypnotique qui prend fin dans l’immensité spatiale
Derrière ce titre mystérieux et ce clip envoûtant, il y a quelques petites influences à creuser : “Water Moon”, ça fait référence à un petit rituel magique qui m’accompagne depuis quelques mois : l’Eau de Lune. Ça s’inscrit dans l’idée que la Lune a une influence sur les êtres vivants. Et puis “Pattern”, c’est parce que je suis impressionnée par les motifs géométriques et symétriques qu’on retrouve dans la nature : les ruches, les flocons… Ce sont des formes parfaites fascinantes !

Si le confinement est venu mettre un frein temporaire aux projets de Romane Santarelli, il a aussi vu naître de belles initiatives. Alors qu’elle fait partie des sélectionnés des Inouïs du Printemps de Bourges, l’équipe du festival a dû tout annuler et trouver des solutions alternatives : c’est ainsi qu’est né le “Printemps Imaginaire”. Le 23 Avril dernier, Romane Santarelli proposait dans ce cadre un live audio original, d’une trentaine de minutes, au sein duquel figuraient plusieurs titres composés pendant le confinement, dont “Water Moon Pattern”. Elle te délivre dans cette performance un moment suspendu, empli d’une atmosphère mystérieuse. L’enchaînement des 5 titres est des plus fins et saura, sans doute aucun, t’embarquer pour la planète Santarelli.

En attendant de pouvoir la retrouver sur scène, la jeune artiste continue à nous faire voyager dans ses horizons personnels avec la sortie toute récente d’un nouveau clip sur “Log Lady” réalisé par Laurent Gastaud et Mathieu Leguay (étudiants à L’Atelier de Sèvres). La rédaction t’invite à garder l’œil ouvert pour ne rien louper de ses prochaines actualités : entre Juin et Juillet prochains, se dévoilera une édition de son EP Quadri” remixé par 7 artistes différents. Et notre petit doigt nous susurre qu’un premier album arrive en fin d’année… Tiens-toi prêt.e !

© Photo de couverture : Vivi Hmwk