Outre l’arrivée de l’hiver, Novembre marque aussi le début de la tournée Dose le Son. Porté par Grand Bureau, réseau professionnel des musiques actuelles de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Dose le Son est un dispositif de concerts pédagogiques qui s’adresse aux élèves de la 4ème à la terminale. Deux groupes assurent les concerts : Enlarge Your Monster et Chispun Sound System. Chaque année, le dispositif s’inscrit dans le programme du Mois de la Gestion Sonore, organisé par Agi Son.

Ce rendez-vous annuel met en lumière des actions menées autour de la prévention des risques auditifs, sur le plan national. C’est dans ce cadre qu’un parrain est désigné pour relayer ces différents messages. Cette année, c’est à Giles Davenport, que revient ce rôle si convoité. Ce néo-zélandais de 30 ans vit en France depuis presque 10 ans et semble avoir bien apprivoisé notre jolie ville lyonnaise. Guitariste chez Brainbow ou Electric Safari, il est aujourd’hui ingénieur du son pour Chispun Sound System. Nous l’avons rencontré au Groom, célèbre club lyonnais, pour lui poser quelques questions…

© Adeline Fievet

Tu fais partie de Chispun Sound System, l’un des deux projets du dispositif Dose le Son, qu’est-ce qui t’a donné envie de participer au projet ? 

D’abord l’équipe de Chispun Sound System m’a parue très sympathique et m’a présenté le dispositif Dose le Son. La perspective de faire des tournées très denses sur une partie de l’année, correctement rémunérées était très cool. Aussi, je crois réellement à ce message que véhicule Dose le Son. Mon audition est mon outil de travail, et propager cette idée là me paraissait très cohérente. J’ai donc intégré le projet en Novembre 2018. Avec le soutien du Fil à Saint Etienne, on a travaillé sur 15 minutes de set pour les présenter à l’audition puis on a monté le spectacle sur le premier semestre de 2019.

Vous avez également suivi une formation ?

Oui tout à fait, sur la physiologie de l’oreille, la réglementation, la sensibilisation aux risques auditifs, etc… J’ai particulièrement aimé l’intervention de Frédéric Finand. On a enchaîné avec deux sessions de travail au 109 à Montluçon puis aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu. On a écrit le spectacle et le show lumière lors de ces résidences scéniques. C’était agréable de pouvoir finaliser le spectacle aux Abattoirs sur un bon matériel et, notamment, une bonne console. On a également fait un concert test avant la tournée, qui s’est très bien passé ! Le public était particulièrement réceptif, c’était très encourageant et rassurant. 

Peux-tu me résumer le spectacle de Chispun Sound System et le contexte dans lequel vous le jouez… ? 

Le concert prend la forme d’un périple en bateau. Le concert suit un peu la métaphore du voyage d’Ulysse dans l’Odyssée. L’équipage part à la recherche des sirènes pour les détruire car elles s’attaquent aux bateaux qui naviguent. Au fur et à mesure, l’équipage fait face à des péripéties et découvre la vraie nature des sirènes. Ils essayent alors de les apprivoiser plutôt que de les tuer…
Nous jouons dans des salles de musiques actuelles majoritairement et c’est super cool ! Je vais mixer dans de très grandes salles avec du très bon matériel.

© Adeline Fievet

Quel est ton rapport aux risques auditifs au quotidien ?

Ça fait plusieurs années que j’ai des bouchons d’oreille moulés. Avant j’étais plus ou moins sourd après les répétitions, mais je trouvais ça normal… Je me suis rendu compte que je perdais en audition. J’avais même quelques difficultés de compréhension quand les gens me parlaient. Depuis, je me protège toujours en répétition. Aujourd’hui, je gagne ma vie avec mes oreilles donc il faut que je les préserve, surtout que je suis au dessus de la dose de son normale. Pour Dose le Son, je mets le son moins fort que pour un concert normal. Pour les balances en revanche, je ne peux pas mettre de bouchons, même s’il en existe avec une réduction fréquentielle linéaire… 

Après le concert Dose le Son, vous avez un échange avec les élèves, que penses-tu du mode de consommation de la musique des adolescents ?

Beaucoup écoutent la musique avec des écouteurs pour s’endormir et la laissent tourner toute la nuit… ça nous a un peu choqués ! 

Aujourd’hui, la réglementation impose un volume maximum de 102 dBA. Que penses-tu de ce décret, notamment pour son application dans les petites salles ?

J’ai vu un concert au Ninkasi Gerland il y a quelques jours et le DB mètre était à 102 DbA et j’ai trouvé ça très fort. Pour moi c’était très désagréable, donc dans les grandes salles, 102 DbA c’est largement suffisant. Pour les petites salles, c’est plus compliqué, notamment à cause de la batterie qui atteint à elle seule 100 Db. C’est très compliqué à gérer à moins de changer l’équipement du groupe… (rires)

Tu as été choisi comme parrain pour le Mois de la Gestion Sonore cette année, que représente ce rôle pour toi ?

Je trouve que Grand Bureau et Agi Son luttent pour de bonnes causes ! On a rencontré Jacky Levecq, le conseiller technique d’Agi Son pendant la semaine de formation, il était top. Leur concept est cool, pouvoir continuer de profiter de la musique tout en se protégeant, c’est ça l’idée. Je suis donc assez fier de relayer ce message et ça me concerne directement parce que mes oreilles sont mon outil de travail.

Photo de couverture : © Inès Bourgeois
Photos du corps de texte : © Adeline Fievet 

Retrouve Chispun Sound System sur Instagram
Grand Bureau : Site / Instagram
Agi Son : Site / Instagram

Le Groom : 6 rue Roger Violi, 69001 LYON 
Site / Instagram