Alors que les juilletistes ont déjà posé leur tente au rythme de barbecues et parties de pétanques endiablées, la rédaction continue encore et toujours, sans répit, sa traque aux artistes. Après une course poursuite musicale enivrante, Kosmic s’est entichée d’un groupe survolant la pop aérienne : Yeast.


C’est sans bruler leur esprit que leur amour pour la musique a constellé leur vie. Découlant d’une amitié de longue date, le projet Yeast déploie son univers depuis trois ans maintenant. D’abord inspirés par la folk puis par le rock, les quatre artistes on su forger leur identité à travers une pop aérienne et pétillante.

Surfant sur la scène indépendante en flirtant avec le mainstream, le groupe imprègne les prémices d’une fusion éclectique : « On essaye avant tout de faire quelque chose qui nous plaît et qui marche à la fois », explique Thomas, batteur et choriste du groupe, « le mainstream a un côté assez négatif aujourd’hui, mais on pense que tout le monde peut se faire son avis en choisissant ce qu’il apprécie ou non. On a vraiment cette idée où chacun peut trouver son compte dans ce qu’il entend, que cela soit médiatisé ou pas. »

Sentiments pour sentiments


S’appuyant sur leur complicité sans égard, le quatuor a su trouver la bonne recette : une touche de musique chaleureuse délayée par des textes mélancoliques : « Ce que l’on veut, c’est de toujours transmettre quelque chose d’assez aérien et très léger », se confie Léo, chanteur/guitariste, « on souhaite transporter le public en harmonisant des sonorités « positives » à des textes qui peuvent être tristes. » En contrastant ainsi le son et la parole, Yeast sustente ses chansons de thèmes concrets mijotés de manière métaphorique et imagée. « On évoque nos sentiments personnels, ce que l’on a vécu plus où moins. Cela peut passer par la culpabilité, le regret, la frustration où le temps qui passe. Ce sont des émotions ordinaires, mais dans lesquelles chacun peut avoir sa propre interprétation. Notre idée, c’est de montrer que malgré les mauvaises choses qui peuvent arriver, on peut s’en sortir avec le sourire sans s’arrêter sur le négatif »

Avec un premier EP dans son saladier (Smne U Cn’t Hve) sorti en janvier 2015, le groupe a continué sur sa lancée en concoctant une évolution notoire sur son deuxième bébé : WATER, dévoilé en mars dernier. Considéré comme « l’EP de l’éclosion », le quatuor a usé de sa créativité en arborant une frénésie musicale marquée par des rifs planants. « On voulait faire quelque chose de plus abouti et de plus vivant. Du coup, on a fait quelque chose de plus « home made » en enregistrant tout chez notre ingénieur son  (ndlr : Jordan Clermidi). On a eu envie de produire ça de la manière la plus honnête possible ». Une sincérité plaisante en eurythmie avec l’authenticité et la fraicheur de leur morceaux.

Gagnant du tremplin découverte du festival de Poupet 2016, ces charmants jeunes hommes partagerons, ce 16 juillet, la scène du « Théâtre de Verdure » avec L.E.J, Jain, Minuit et Chanson d’Occasion. En attendant, vous pouvez venir prendre les écumes de ce groupe atypique et enivrant le 8 juillet au festival Saint Rock de la Clayette.


Aviva Nakache


Yeast – Les Membres : Léo (chant, guitare),Thomas (batterie, choeurs, machines), Zambo (guitare, choeurs) et Judicaël (basse, choeurs)

Leur page Facebook ici
Leur site ici
Ils ont aussi des chaîne Youtube et Souncloud
Festival de Poupet : 1 rue des Vendéens, 85590 St Malo du Bois
Festival Saint Rock : Rue de la Planchette, 71800 La Clayette