Woodstower Nuit 3 : la foudre s’est abattue sur Miribel Jonage

Kosmic poursuit à grandes enjambées ses folles aventures spéciales festival Woodstower ! Entre chill au bord du lac, soirée record et concerts à gogo, la rédaction a eu son lot d’émotions fortes. Le bonne combinaison pour se revigorer et accueillir cette nouvelles rentrée !

Sold Out. C’est ce qu’il fallait d’abord retenir. Affiché complet pour cet ultime soir, Woodstower a enregistré un record d’entrées sur la totalité du week-end et a franchi ainsi un pallier important pour ses 20 jeunes années. Et pour ça, les organisateurs s’en sont donnés les moyens. Samedi, la programmation promettait de nous envoyer un trois tonnes cinq dans les dents, on peut d’ores et déjà vous dire que ça n’a pas raté.

Encore une fois, on a eu droit a un après-midi « Chill on the beach » sur la plage Fontanil avec Wiggas (rap), White Jack (house) et AZUR (electro) en tant que hors d’œuvres et mise en jambes. Un tour de chauffe qui nous a mené tout droit sous le Chapiteau pour voir Texas Menthol ! Les lyonnais Guillaume et Nicolas ont offert une prestation envoûtante et un poil déjantée avec leur pop réunissant touche electro, guitare et Synthé vintage. Après ça, petite touche British avec Sons Of Kemet et leur jazz façon New Orleans. Les anglais ont ensuite laissé la place aux rappeurs Biffty et DJ Weedim qui ont enflammé la scène.

En Scène Saint Denis, on était plutôt là pour taper du pied sur du bon vieux rap des familles. En ouverture, les parisiens de 47Ter ont déroulé en venant « gâcher nos classiques ». Grosse claque de la part de cette jeune formation rap qui n’a pas fini de faire parler d’elle ! Le show s’est prolongé sur l’arrivée de Sopico. Avec sa casquette aux faces multiples (auteur, compositeur, interprète, directeur artistique…) le membre de 75e session ne s’est pas fait prié pour ambiancer tout le monde ! Dans cette atmosphère à la limite de l’explosion, Davodka nous a asséné un magnifique coup de grâce en assurant le show tel le roi Louis XIV sur son trône.

Virage à 180° du côté de la scène Woodsfloor. Crayon a d’abord préparé le terrain miné d’un set esthétiquement electro saupoudré de délicieuse notes groovy/jazzy. Tout ça avant de laissé la place au monstre de la Techno Joris Delacroix. Loin d’avoir perdu son Mojo, l’artiste nous en a fait démonstration ! Dans cette ambiance crescendo et déjà au bord de l’apocalypse, Vladimir Cauchemar a pratiqué le sortilège de l’Imperium en nous ensorcelant au rythme de sonorités à la fois enchanteresses et puissantes. Enfin, le collectif Casuel Gabberz ont clôturé la marche, mettant le public dans une transe incontrôlable.

Pour la Main Stage, on a eu le droit à un line up éclectique de haute voltige. La Canadienne Melissa Laveaux a ouvert le bal en nous invitant dans sa bulle aux influences musiques du monde teintées de folk et de blues.


Ensuite le très attendu Naâman a assuré comme une bête ! Roi sur scène, il a fait de Woodstower son royaume avec un set reggae aussi positif que fédérateur !


Fakear a suivi la marche (en live band) juste après. Avec un côté electro planant, il nous a, le temps d’un set à couper le souffle, fait voyager et traverser l’Europe direction le moyen Orient ! Pour finir en beauté fatale, Boys Noize a répondu présent. Conquérant, le DJ berlinois et sa techno démentielle nous ont offert le finish parfait en grandes pompes !


Aviva Nakache

© Kay Malleon

No Comments

Post a Comment

7 + 3 =