Ursule & Madame : un récital où l’insanité libère

La Team Kosmic semble avoir un faible pour le théâtre et les chansons à baignoire : après « Life is a bathroom and I’m a boat », l’épopée musicale d’Ivan Gouillon, nous nous attaquons à « Ursule et Madame », un récital de salle de bains.

 

Un parcours atypique

Madame est une chanteuse lyrique déchue, qui côtoie la folie en fumant dans son bain. Assise devant sa coiffeuse, elle nous laisse assister à un rituel mi-chanté, mi-titubé… A la ville, la jeune femme qui incarne Madame se nomme Claire Thévenard. Claire a d’abord eu une formation de musicienne et de chanteuse : « J’ai fait du violoncelle et de la musique de chambre au conservatoire de Dijon avant de faire du chant lyrique au conservatoire de Marseille. » A ses début, elle forme un duo avec une amie, qui s’appelait « Le Brave Veau » où elles chantaient des textes « complètement barrés ». Par la suite, elle se forme auprès d’une compagnie marseillaise au métier de comédienne : « c’est dans ma personnalité, ça coulait de source. » 

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Elle commence alors ses spectacles de rue et écrit « La Méthode Bourrassin » dans lequel une prêtresse new-age cherche à guérir son assemblée de patients grâce à des remèdes vocaux adaptés à leur pathologie. Seraient-ce là les prémisses d’ « Ursule et Madame » avec la voix lyrique et le côté folle-à-lier ?
Pendant qu’elle en préparait l’écriture, elle a monté un spectacle de reprises de chansons de Boris Vian au sein duquel s’est installé un jeu de costume : « J’incarnais un personnage masculin au début et je me transformais (en femme) au milieu pour chanter les chansons interprétées par Magali Noël. Il y avait déjà une idée de s’effeuiller ou tout du moins de jouer avec le costume. Mais c’était pas du tout assumé. » Au sortir d’une représentation et sur le conseil d’un spectateur, Claire décide de faire un stage de burlesque* au Bal des Fringants où elle rencontre une effeuilleuse professionnelle, Ginger from Venus. « Ça m’a transcendée » se réjouit-elle, « ça a donc été logique d’intégrer ça au spectacle que j’écrivais et de le décaler, de déjouer complètement les codes du glamour. » Elle expérimente alors ses chansons au Kabaret de La MéduZe et rencontre entre autres, les effeuilleuses du Burlesque Klub : « Tu peux tout te permettre au cabaret. Il n’y a pas de codes, pas d’attentes spécifiques à part du lâcher prise et des propositions ! »

 

 

Madame est folle

Pour créer « Ursule et Madame », Claire est partie des textes de ses chansons. « Je suis quelqu’un de très impulsive dans l’écriture » nous explique-t-elle. « Souvent, je prends un stylo, j’ai une image qui me vient et c’est de l’écriture pratiquement automatique. Parfois je me mets des petites contraintes d’alexandrins ou de trucs comme ça pour que ce soit facilement mis en musique, pour m’amuser aussi et puis pour qu’il y ait ce côté ampoulé et emprunté. (rires) » A force d’écriture, les deux personnages d’Ursule et de Madame « sont nés, réapparaissaient, commençaient à avoir toutes leurs petites histoires et leur imaginaire. » Sur ce spectacle, Claire nous explique tout le travail de comédien accompli : « Beaucoup de recherches, d’observations de vieilles alcooliques, des fous dans la rue. »
Madame, selon elle, est un personnage « inventé mais pas que. Il y a plein de Claire en Madame et de Madame en Claire. Et d’autres choses aussi ! Elle incarne l’être humain dans sa peur de la mort, dans l’érotisme, dans son lâcher prise. J’ai l’impression que la substance de ce spectacle, c’est la peur de la mort. »
Pour résumer le spectacle, notre artiste
le définit comme « un tour de chant** théâtralisé, une sorte de huis clos entre Madame et sa folie : toutes ses chansons sont un peu illustrées par ses délires de chanteuse lyrique déchue, fumeuse, alcoolique, qui a peut-être l’impression qu’il y a des gens en face d’elle mais peut-être que c’est dans sa tête. » Il faut dire que Madame, c’est une vraie : elle crie, elle râle, elle hurle, elle boit et fume, elle s’effeuille et se déshabille, elle rote et elle montre ses fesses. Quand on lui pose la question, Claire s’étonne : « J’e n’ai jamais eu de public choqué. Je m’attendais à ça et c’est pas du tout ce que ça suscite chez les gens ! »

 

 

Des collaborations et des créations

La première version a eu lieu à Aurillac en 2016, dans un format de rue : « J’avais déjà mon clavier, mon petit guéridon, je me posais dans la rue et je chantais mes chansons à baignoire. Déjà en mode clopes et pinard ! (rires) » Par la suite, elle fait une résidence à L’étable de monsieur plus dans le Jura. Elle est accompagnée par son amie Flora Donars, dramaturge et metteuse en scène : « J’avais le décors de base et elle m’a aidée à faire sens de tout ça.» De même, elle a travaillé sur la création lumière avec Mélanie Wojylac : « On a fait une vraie créa lumière sur ce spectacle. Le personnage d’Ursule serait peut-être la lumière d’ailleurs ! » Aujourd’hui, pour Claire, le spectacle est fixé. Elle se permet tout de même d’ajouter quelques trouvailles et ses textes continuent de la dépasser : « C’est rigolo ! C’est moi qui les ai écrit et je les découvre encore tellement que je ne sais pas d’où ils viennent ! »
Mais qu’entend-on au loin ? Ne serait-ce pas la rumeur d’une nouvelle création ? « Je suis sur un nouveau projet avec une danseuse, Lucie Paquet de la Compagnie Laps. On voudrait travailler sur le corps dénué de toute attente sociale. Qu’est-ce que c’est qu’un corps quand on ne l’envisage pas dans le regard de l’autre et de la société ? » Cette fois-ci, pas d’échéance : on ne presse pas l’inspiration !

 

 

En attendant de découvrir ce futur projet qui semble fort prometteur, Claire, Ursule et Madame vous invitent à venir les découvrir dans la salle d’A Thou Bout d’Chant pour une représentation spéciale où l’on fêtera la release party de leur album « Laissez-moi vivre » !

 

 

Maddy Lefrançois
© Crédits photos : Nicolas Bevernage (couverture) & Véronique Mahieux (corps de texte)

 

* Le burlesque est à l’origine un genre littéraire du XVIIème siècle. Aujourd’hui, il caractérise un spectacle, un film ou encore une oeuvre où l’humour et la caricature s’allient à un irrationnel échevelé. On l’associe souvent à l’univers du cabaret.
** Un tour de chant est une série de morceaux interprétés par un(e) même chanteur(euse).

Ursule et Madame : facebook, instagram et bandcamp

A Thou Bout d’Chant : 2, rue de Thou, Lyon 1er
Lien de la release party ici

No Comments

Post a Comment

16 + = 19