Arpentant chaque seconde le panier artistique local, c’est sans peur et sans reproche que la rédaction s’est penchée, au détour du festival des Reperkusound, sur un duo atypique tapant sur la branche hip-hop/electro : Trinix.

Avec leurs idées bizarres, ils nous font vibrer au rythme de scratch sur vinyle et d’union pad/percussion. Après une rencontre faite lors d’une kermesse d’école en 2012, c’est entre une séance de pêche aux canards et le stand de chamboule-tout que Josh et Loïs ont décidé de former un duo artistique : Trinix. « On a tout de suite accroché », se confie Josh, « le courant est vraiment bien passé du coup on a commencé à travailler ensemble. Au début, on était plutôt en mode déconne. On a juste mis un morceau sur internet en se disant « on verra bien » ». Un titre balancé, et des centaines d’abonnés, what else?Trinix

Tous les deux fruits d’études « scientifiques » (le fameux bac S pour faire plaisir aux parents), ils décident d’envoyer valser les codes (et non pas les trucs en toc) en se lançant corps et âme dans la musique. A eux deux, c’est une Maîtrise de l’Opèra de Lyon et un diplôme de DJ à l’UCPA de Lyon (rien que ça). « Avec la Maitrise, Loïs apporte son côté « scolaire » de la musique. Là-bas, il a fait du piano, du chant… avec une formation classique de base. Dans sa manière d’aborder les choses, c’est un génie, un petit Mozart. De mon côté, j’amène le côté « street » que je peux avoir en tant que DJ. C’est un mélange assez spécial mais qui, au final, donne un résultat inattendu ».

Avec leur gueule d’ange mais le diable au corps, ces pimpants artistes insufflent à l’électro une seconde jeunesse. Déversant des influences hip-hop, soul, jazz en passant par du classique, l’univers Trinix se remarque à travers des sons « à l’ancienne » : « Ce sont avant tout les vieilles sonorités qui nous intéressent. C’est même leurs défauts qu’on adore réutiliser. » Condensant chaque mesure à « l’imperfection », ils détonnent sur des live sets explosifs, provoquant un jeu sonore singulièrement déconcertant et complètement planant : « Aujourd’hui, dans la majorité des cas, quand quelqu’un va enregistrer quelque chose, le son va être propre et lisse, et c’est pas du tout ce qu’on recherche. » explique Loïs, « c’est pour ça qu’on prend le risque d’effectuer des live sets pour rendre le show plus vivant et plus amusant. C’est la qu’on se fait le plus plaisir. On préfère faire un direct et se tromper, plutôt que de faire comme d’autres qui font un DJ set avec tout enregistré sur clé USB. Comme on dit, l’erreur est humaine, sinon il n’y aurait pas de gomme sur les crayons (rires). »



Petit poisson deviendra grand


Après avoir cravaché intensivement sur trois albums (EXIT, XIV et OWN) et un EP (ALONE), le duo déballera un nouveau projet : SHADE le 9 mai prochain. Un nom atypique qui démontre une humilité poignante. Caracolant sur une jeunesse azimutée (17 et 24 ans), c’est avec les pieds bien ancrés sur le sol qu’ils appréhendent leur avenir artistique : « On sait que tout peut s’arrêter demain ou dans une semaine. C’est pour ça qu’on bosse dans l’ombre pour pouvoir surprendre les gens. Notre but, c’est de transmettre le plaisir qu’on a faire tout ça, de les éclater (rires). Il faut laisser les choses venir sans prendre la grosse tête. L’année dernière on est venu au Festival Reperkusound en tant que spectateur. On se disait qu’il fallait absolument qu’on soit sur scène l’année d’après, et aujourd’hui c’est chose faite. On en revient pas. On a absolument conscience du travail qu’il nous reste à accomplir et on est assez bien entouré pour qu’aucun de nous n’envisage la folie des grandeurs ». 

S’implantant peu à peu dans « la cours des grands », les Trinix surfent sur une vague de beatmaking (création de ces sons par l’utilisation de samples, accompagnée d’une boîte à rythmes et d’arrangements) en plein essor. Une houle musicale rondement menée que vous aurez tous le loisir de prendre le vendredi 13 mai 2016. Le duo de choc lancera les hostilités sur la scène Nord du plus grand festival étudiant français : les 24h de l’INSA.

Aviva Nakache

Leur page Facebook ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

Les 24h de l’INSA : 20, avenue Albert Einstein 69621 Villeurbanne CEDEX
Ecole de DJ de l’UCPA : 16 Rue de Toulon, 69007 Lyon
Maîtrise de l’Opéra : Place de la Comédie BP 1219, 69203 Lyon cedex01
Festival Reperkusound au Double Mixte : 19 Avenue Gaston Berger, 69100 Villeurbanne