Theo Haggaï : un ticket pour un édifice graphique

Toujours sur le qui vive et prête à dénicher des perles artistiques visuelles, la rédaction a croisé le regard et le travail de Theo Haggaï. A travers ses productions graphiques et monochromes, ce jeune illustrateur représente aujourd’hui un des artistes émergeants lyonnais à suivre de très près.

 

Après quelques années d’études en art et publicité à Aix en Provence, Théo Haggaï est venu il y’a maintenant trois ans, des rêves et des idées plein la boussole, poser un pied à Terre en contrée lyonnaise pour conquérir l’univers visuel de la ville des gones. Armé d’un stylo bic, c’est sur des tickets de caisses (récupérés pendant ses horaires de caissiers) qu’il dégaine ses premières inspirations. Comme un moyen d’évasion, il crayonne à s’en courbaturer les paluches sur pas moins de 230 morceaux de feuilles.

Après avoir laisser parler ses petits papiers, notre artiste, toujours à la poursuite de lcailloux’inspiration, met de côté ses stylos et passe à la peinture sur pierre. Non sans rappeler le Palais Idéal du Facteur Cheval, il accumule, au rythme de ses promenades, des cailloux, de toutes formes et de toutes tailles, pour en faire des pièces uniques et singulières. Appliquant une base colorée à ses pierres, il y appose des motifs récurrents principalement faits de mains et de compositions graphiques. Dans sa quête d’authenticité, il a ainsi su se forger un style qui lui est propre et façonner son identité : « Quand j’ai commencé, je n’avais aucun style de dessin, je faisais surtout des gribouillages. » se confie-t-il, «  Je dessinais beaucoup de visages, de corps, des silhouettes humaines… et je mettais tout le temps un bonhomme dans une situation un peu imaginaire. C’est seulement après que je me suis mis a dessiner des mains ».

 

photo-femme

De rêves en bazar

 

Influencé par de grands noms tels que Basquiat, Miró, Keith Haring ou encore Castelbajac, il marque, à travers ses traits, un joli « bordel organisé » : « Quand j’étais dans le sud de la France, je suis allé au musée d’art contemporain de Marseille. Il y’avait une toile de Basquiat qui m’a tout de suite marqué. En la regardant, je me suis dit « Ah ouai ! C’est quand même pas mal ! Ca fait bazar mais c’est parfaitement construit ». C’est la que j’ai eu envie de faire du bordel aussi (rires) ». Egalement passionné de photos de mode, il s’évertue à revisiter les clichés de quelques magazines féminins où il greffe ses dessins sur des corps de femmes.

Sans perdre sa notion d’amusementphoto-superposition, notre artiste voit les choses toujours plus grandes et toujours plus folles. C’est en juillet 2016 qu’il réalise l’un de ses rêves en travaillant pour la Taverne de Gutenberg. Theo a ainsi pu recouvrir une pièce entière de son univers. Du sol au plafond, il s’est appliqué à tracer mille et une productions sorties comme un son de cloche de son imagination. Aujourd’hui, il transforme également ses dessins sur tickets en oeuvres monumentales et contamine actuellement, en collaboration avec le collectif Superposition, la rue Longue (Lyon 1er) de son travail humaniste et fédérateur (jusqu’au 13 décembre prochain). Bientôt exposé à Londres pour l’exposition The World’s My Oyster, il envisage même de ne plus toucher Terre. Et oui, qu’à cela ne tienne. Ce jeune illustrateur projète, dans la lute finale, de travailler dans les airs, à même une montgolfière. Une ambition folle qu’on lui souhaite de réussir car on le sait, « Il faut toujours viser la Lune car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » (Oscar Wilde).

Aviva Nakache

La Taverne Gutenberg : 5 Rue de l’Épée, 69003 Lyon

Superposition : 11 Rue Longue, 69001 Lyon
Association lyonnaise qui assure la promotion des œuvres artistiques urbaines gratuitement, dans l’espace public de la ville. Elle créé ainsi un musée en plein air en « superposant des artistes sur des murs, des escaliers, des rideaux de fers, où encore des garages »

The World’s My Oyster : 133 Bethnal Green Road, Londres E27DG (du 8 au 11 décembre)

 

HUMAN MOON CONSTELLATION from Fabrice Mancini-Film director on Vimeo.

Laisser un commentaire

32 − = 25