­Entre plaisirs artistiques azimutés et délires musicaux, Kosmic est parti à la rencontre d’un phénomène cavalant là-haut sur la colline : The Postman Horse.


Forgé en 2010 sur une base de one man band, The Postman Horse est maintenant un duo qui s’inscrit dans le Folk/Rock lyonnais. Débutant sur une guitare/voix classique, il a suffit d’une seule rencontre pour que Greg (à l’origine du projet) se trouve un acolyte de taille : Joseph, batteur/guitariste à ses heures perdues (et retrouvées). Réunis autour d’une même passion que l’on ne cite plus (la musique pour ceux qui n’auraient pas compris), ces deux artistes se sont heurtés à l’angle du Conservatoire de Lyon dans la section musique actuelle « Le Labo ». Un accrochage sans dommage et sans constat, qui fait d’eux aujourd’hui l’un des groupes sélectionnés pour l’édition Tremplin Découverte 2015/2016 du Ninkasi de Gerland.

Avec un nom singulier, The Postman Horse fait référence à l’illustre « Facteur Cheval », qui, au détour de ses tournées quotidiennes, glanait jour après jour des petites pierres afin d’édifier son « Palais idéal ». Une histoire à travers laquelle Greg a su s’identifier : « C’est un travail de longue haleine, difficile, mais il ne faut pas se souvenir des échecs. Il ne faut remarquer que les petites réussites et les infimes pas en avant. », nous confie-t-il. « Malgré les barrières contre lesquelles on a dû se mesurer,  nos efforts personnels et notre volonté de les abattre nous ont réellement permis d’en arriver là. Maintenant, on fait notre chemin, on s’entoure de gens qui croient en notre projet. Depuis deux ans, on a vraiment l’impression que ça avance ».

La musique en guise de produits dopants


Compositeur hors-pair et véritable intoxiqué de musique (la drogue n’ayant pas sa place ici), Greg renferme quelque six cent morceaux dans sa besace : « J’ai l’impression d’avoir toujours joué. S’en est presque maladif mais c’est un plaisir pour moi de composer et d’écrire. Je pense que je ne pourrai pas faire autre chose ». Un acharnement artistique qui déverse une authenticité et une sincérité troublante dans chacun de ses titres, le tout s’enivrant d’un univers mélancolique et touchant.

Aux influences larges et approfondies, The Postman Horse s’inspire de grands classiques tels Radiohead, The Pink Floyd, The Beatles… et se démarque en piochant dans le panier folkeux avec The tallest man on earth en référence (entres autres). La principale qualité de ces messieurs reste avant tout la scène : « La musique actuelle est en constante évolution, il y’a des choses intéressantes et des progressions notables en termes de qualités scéniques. Aujourd’hui, tout se passe par la scène. On ne cherche pas forcément à faire le tube de l’année, on veut juste avoir le plaisir de jouer pour jouer et de le partager avec le public ».

En pleine préparation d’un clip et d’une sortie d’album prévue en 2016, Greg et Joseph conquièrent actuellement la foule en galopant sur les planches lyonnaises. Pour les plus valeureux d’entre vous, venez donc acclamer ces preux chevaliers le 3 décembre 2015 au Kraspek Mysik (en one man band) et le 30 janvier à la salle Léo Ferré de Saint-Jean. La construction du palais a eu beau être longue et fastidieuse, la détermination de ces deux gaillards leur a permis de nous offrir le panorama d’un monument artistiquement spontané et détonnant. On apprécie et on les remercie.


Aviva Nakache


Leur page Facebook
ici

Ils ont aussi une chaine Youtube et Soundcloud

Le Conservatoire de Lyon : 4 Montée Cardinal Decourtray, Lyon 5e
Ninkazi de Gerland267 Rue Marcel Mérieux, Lyon 7e
Le Palais idéal du Facteur Cheval : 8, rue du Palais, 26390 Hauterives (Drôme)
Kraspek Mysik : 20 Montée Saint-Sébastien, Lyon 1er
Salle Léo Ferré de Saint-Jean : 5 place Saint Jean, Lyon 5e