Slogan : Dialogues poignants sur mélodies electro-pop

Chez Kosmic on connaissait l’électro, le cinéma, et les clubs (où l’on traîne bien trop souvent nos guêtres) mais pas encore l’électro ciné-club : ce genre nouveau façonné par le duo lyonnais Slogan, notre dernière trouvaille locale. Il n’en a pas fallu plus pour piquer notre curiosité. On a voulu savoir qui se cachait derrière ses voix suaves qui se répondent sur fond de musique électronique.


Derrière Slogan se cachent Clémence et Nicolas, deux jeunes lyonnais qui se sont rencontrés sur le tournage d’un clip. « Trois jours qui ont été un véritable chaos » nous confie Nicolas. « C’était l’enfer », surenchérit Clémence en souriant à l’évocation de ce souvenir. C’est de cette expérience chaotique qu’est né le duo Slogan. Depuis ils ne se sont plus  quittés, et c’est tant mieux. Avant de se rencontrer, chacun menait sa barque de son côté. Ancienne chanteuse de Jazz, Clémence a aussi été effeuilleuse burlesque. « C’est en rencontrant Nico que je me suis dit qu’il fallait que je retourne à la musique » nous raconte Clémence. Nicolas, quant à lui, a toujours fait de la musique et menait d’autres projets.

Du souvenir doux-amer d’une amourette estivale à la douleur d’une séparation, en passant par la mélancolie d’un été passé au bord d’une piscine, on se retrouve sans difficulté dans leur compositions. On se laisse volontiers envoûter par les voix de Clémence et Nicolas qui s’entremêlent, se cherchent et se répondent sur des mélodies électroniques ensorcelante. A travers des dialogues poignants, leur phrasé littéraire n’est pas sans rappeler celui d’un autre duo célèbre : Gainsbourg et Birkin. D’ailleurs, Nicolas reconnait que « c’est quand même pas mal Gainsbourg qui est à l’origine de la musique qu’on fait ensemble ». Grande figure du paysage musical et cinématographique français, Serge et Jane ont aussi inspiré le nom du groupe, “ Slogan ” (oui, c’est également le titre du film dans lequel les deux stars se sont rencontrées) “ C’est un clin d’oeil prétentieux (rires) ”


Quand la musique et le 7ème art se mélangent à la perfection


Slogan c’est de la musique, mais pas seulement. Le duo accorde une importance toute particulière au cinéma, ce qui transparaît dans les clips* mais aussi sur scène : c’est là que la dimension d’électro ciné-club « prend son sens » nous explique Clémence. « Notre live est accompagné d’un VJing avec pas mal d’extraits de films, de scène de vie autour de l’amour que l’on a tourné ainsi que d’autres images libres de droit.” L’amour… Parlons-en, puisqu’il s’agit d’un thème récurrent qui revient presque dans chaque titre et semble s’être imposé instinctivement au duo. « C’est un sujet qui vient naturellement à tout le monde. C’est à la fois quelque chose de banal et en même temps qui fait rêver tout à chacun. C’était marrant pour nous de mettre en scène des personnages avec des couples normaux, des petites instants de vie de tous les jours que n’importe qui peut être amené à vivre.

Si le projet vient de souffler sa première bougie, le duo nous confie qu’il a toutefois songé à jeter l’éponge à plusieurs reprises. « On se dit souvent qu’on va arrêter, puis c’est la musique qui nous fait repartir ». En tout cas, chez Kosmic, on est plutôt ravis qu’ils n’aient pas rendu leur tablier. Ils sont d’ailleurs en pleine préparation de leur prochain disque (Ep ou album ? Telle est la question).


Morgane Nicolas


*
ndlr : (ils ont d’ailleurs remporté le concours Premiers Clips)

En attendant la sortie de leur prochain disque, vous pouvez retrouver Slogan sur scène à Lyon le 10 novembre au Toï-Toï mais aussi à Paris le 22 novembre.

Leur page Facebook ici
Pour les écouter c’est ici et leur chaîne Youtube ici

Pour la petite anecdote, Nicolas nous raconte : “ C’est grâce au titre « La beauté du geste » que Slogan est encore là aujourd’hui. C’est la chanson qui a fait qu’on a continué ce projet alors qu’on avait décidé d’arrêter. Quant à « Piscine Tournesol », il s’agit du titre préféré de Clémence. En ce qui nous concerne, on a eu un coup de cœur pour « Un jour comme un autre » “ .

No Comments

Post a Comment

+ 18 = 22