A l’heure où la rédaction entame son neuvième mois d’existence (quelle folle jeunesse), Kosmic s’est entiché d’un embryon musical flottant dans un organe électro/acoustique avant-garde : PMGN

 

Mineral

Et le temps galope sans changer nos petits pêchés musicaux. Prenez une dose d’inventivité mélodique, ajoutez y de l’innovation rythmique et technique.. Et paf, ça fait PMGN (et non pas des chocapics). Partant d’une base « bedroom producer », PMGN est un projet sorti comme un son de cloche de la tête de Thomas Blanc voilà maintenant trois ans : « Au début, j’ai commencé à produire sans forcément chercher à faire des dates ou quoique ce soit. » se confie-t-il, « je voulais juste faire de la musique à écouter tranquillement chez soit. » De fil en aiguille, le projet se développe et évolue. L’envie de faire du live gagne du terrain et Thomas se trouve un acolyte de taille en 2014 : Johan Putet, batteur et producteur a ses heures perdues. « Il m’a rejoint pour la production et surtout pour la création d’un live. Je voulais engendrer une performance scénique et le fait d’insérer une batterie nous a permis d’obtenir des sons beaucoup plus intéressants. On se complète assez bien. Je gère plus l’aspect mélodique, avec le piano par exemple, et lui s’occupe de tout ce qui est rythmique. On a deux rôles assez distincts, du coup c’est assez simple de travailler ensemble ». Depuis, sans peur et sans reproche, les deux compères partent à la conquête du royaume electro/accoustique « Avant Garde », et l’asservissent depuis décembre dernier avec la sortie de leur premier EP « Minéral », sous le label XVIIIème Péninsule.


Du mystère en avant-garde


Affleurant depuis plus d’un demi siècle en Europe, le terme « Avant Garde » s’abat sur la musique expérimentale. Dans un sens populaire, il désigne un ensemble de créneaux musicaux qui se démarquent par la recherche, l’exploration de nouveaux moyens techniques et artistiques. En bref, il s’agit d’une manière différente d’aborder la musique. Un savant mélange de musiques dites « concrète » et « fabriquée » symbolisant la fusion de ces deux mouvements : l’électro-acoustique. Et c’est à travers cette combinaison minutieusement élaborée que PMGN a nourri son bébé.

S’inspirant de quelques mentors dans le domaine (Jon Hopkins, Nils Frahm et autres Max Cooper), le duo s’inscrit également dans les registres minimale et downtempo. Il s’imprègne ainsi d’un esprit éclectique et mystérieux en déversant des sonorités planantes sur chacun de ses titres. Des morceaux surfant sur une vague mystique bariolée de nuances audacieuses fraichement désaxées : « On a des influences assez variées mais dans la logique, on décide d’assumer le fait de s’éparpiller. Aujourd’hui, il n’y a plus de barrières entre les genres. De notre côté, on ne veut pas cibler un style en particulier mais plutôt créer une ambiance générale afin de dégager énergie énigmatique et introspective qui symbolise l’identité PMGN ». 

Moyennant un album prévu pour la fin de l’année, Thomas et Johan travaillent sans relâche dans la production et la composition de leur futur petit bijoux. Avec des sources sonores inédites triées sur le volet, ils promettent « le premier travail d’Orfèvre » de PMGN ! En attendant, vous pouvez d’ores et déjà venir vous chauffer la fibre auditive le 11 juin prochain au Ninkasi Kao à Gerland : les deux artistes y exposeront leur besogne au rythme du Dimension Festival, organisé par l’association ENCORE.


Aviva Nakache


Leur Facebook ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

Ninkazi Kao : 267 Rue Marcel Mérieux, 69007 Lyon
ENCORE Production : 24, rue Palais Grillet 69002 Lyon

Crédit photo : Thomas Saminada