Odezenne : les ouvriers du Hip Hop français

Dans une ère où la culture musicale se déploie sans répit, la rédaction se tourne une nouvelle fois vers sa moisson marseillaise du festival Marsatac. Au rythme effréné des concerts mêlés aux interviews, Kosmic est parvenu a agripper le groupe bordelais Odezenne. Le temps d’une entrevue, le trio nous a régalé de son univers valsant entre hip-hop et electro alternative.
   

Prenez une bande de potes, une part samples, ajoutez y des morceaux poétiquement bien ficelés et incorrects, et BIM, vous obtenez Odezenne. Avec démesures et sans bavure, ce trio, formé par Alix, Jacques et Mattia, ne cesse de monter en puissance sur l’Everest artistique. Il faut dire que nos trois compères n’ont jamais chômé. Démarrant avec des premiers enregistrements « home maid » en 2004 sur les remparts de Bordeaux, ils traînent aujourd’hui trois albums, un EP et près d’une quinzaine de clips derrière eux. Et cette réussite, c’est à des textes méticuleux et une capacité d’adaptation musicale qu’on leur doit. Derrière des personnalités un poil azimutées et une langue qui ne reste pas bien longtemps dans sa poche, le groupe a su, au fil du temps, élaboré la « patte Odezenne ». 

A travers une notoriété grandissante, ils n’en finissent plus de s’approprier les nouvelles techniques de l’industrie musicale et se maraudent le statut d’artisans de la chansons. Au plein coeur du son des  synthés nous offrant un joli retour dans années 80, ils s’aventurent sur un socle hip-hop contrastant avec la singularité de l’électro alternative. « Tout ça vient notamment du choix des instrus », explique Alix, « C’est Mattia qui compose et il a une préférence pour les claviers qui ont du vécu. Du coup, il en a acheté certains qui ont plus de trente ans et le son qui en ressort est très organique. Avant, on geekait des journées entières pour trouver des samples. Maintenant, on reste ensemble pendant huit heures et on touche des notes et des sons pour créer nos propres trucs. Ça nous prend beaucoup de temps mais on a des souvenirs de malade grâce à ça. » Avec une allure de Bad Boys assumés, ils trahissent leur sensibilité à travers des textes éclectiques révélant plusieurs facettes de leurs caractères. Des paroles crues aux revendications sur la société en passant par du romantisme en salle état, le trio ne laisse aucun répit à ses inspirations. Ils transcendent ainsi sur des compositions bien bricolées qui, pour la plupart, ont tendance à laisser réfléchir.

 

Odezenne Marsatac

Odezenne chez toi ? Pas de problème


Foulant encore et toujours plus la scène, le groupe met un point d’honneur sur sa proximité avec le public. C’est pourquoi les trois artistes ont décidé de nous régalé avec une campagne spéciale : « Odezenne à la demande ». Le principe est assez simple : avec un site internet et Facebook, une liste de bourgades est soumise au public et celles qui accumulent le plus de demandes ont leur place dans leur tournée. « Un soir on a dévoilé notre tournée et on a eu pas mal de personnes qui se plaignaient parce qu’on ne passait pas dans telle ou telle ville. On a réalisé qu’on ne passait que dans des bleds subventionnés et c’est ce qui nous a donné envie de faire ça. Il y’a eu tout de suite beaucoup de partages et on s’est aperçu que quand les gens ont envie de te faire venir, ils savent se mobiliser et du coup ça rassure ».

Depuis la sortie de leur dernier album « Dolziger Str. 2 », ils ne lésinent pas sur la créativité quant à leur promotion. Des packaging fait de leurs blanches mains à l’envoi de morceaux de porte à leurs fans (ndlr : plus d’explications ci dessous*), ils ne tarissent pas non plus d’imagination pour leurs clips. Si on pouvait en citer un, on pourrait parler de leur titre « Chimpanzé ». Orchestré par le réalisateur Arthur Muller, le film se déroule en direct de l’île de Lesbos (frontière serbo-hongroise) et démontre l’enfer auquel les migrants peuvent être confronté. Des images fortes et touchantes où le groupe identifie son engagement envers et contre la société qui nous entoure.

Avec tout ça, Odezenne, en pleine préparation d’un quatrième volet, prévoit une tournée 2017 concoctée aux petits oignons et compte bien conquérir pleinement le canton musical indépendant. En voilà une nouvelle qu’elle bonne !

 

Aviva Nakache

 

Leur page Facebook Ici
Leur site internet Ici
Leur Label Universeul Ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube, Soundcloud et Spotify

* Pour leur dernier album Dolziger Str. 2, ils ont élaboré une édition deluxe où ils ont inséré, dans chacun des packagings, une morceau de porte de leur studio. Une opération qui leur a pris quatre jours mais dont ils sont très fiers. Alix : « On est des gens qui doutent beaucoup et on est jamais sûr de ce qu’on fait. On est un peu des blaireaux (rires). L’idée nous est venue d’un mec qui nous a dit qu’on avait 5000 pièces à faire et on s’est dit que c’était une pure idée, bien qu’un peu folle mais ça nous correspond. Du coup j’ai cassé trois portes et puis on les a coupé en 5000 morceaux qu’on a mis dans les packs deluxe »

Laisser un commentaire

+ 31 = 40