Nouveau départ lyonnais pour la folk de CMK

Après un bon week-end de récupération post 21 juin, parlons encore et toujours musique. La Team Kosmic a souhaité rencontrer une artiste fraîchement lyonnaise : CMK. Armée de sa guitare nylon, Claire, de son vrai nom, nous offre une folk aux richesses harmoniques sublimes. L’ex-parisienne nous parle de son parcours avec délicatesse et sincérité…  

 

Après avoir commencé la musique en autodidacte, c’est à 13 ans qu’elle intègre « l’école de musique du coin » pour se perfectionner et aller au-delà de ses limites : « Je me suis retrouvée à faire de la guitare classique, avec un marche-pied, où on se laisse pousser les ongles et où il y a une rigueur de malade » se confie-t-elle. « Il fallait jouer tous les jours, lire une partition. C’était hyper difficile mais trop bien. » De là est né son amour pour l’instrument qui fait corps avec elle : « Pour moi, ce n’est pas juste un accompagnement, elle fait partie de la création. J’adore et j’adule la guitare en tant que telle, je trouve ça magnifique. »
A l’adolescence, c’était un peu deux salles, deux ambiances. Entre deux disques de Britney Spears, notre jeune musicienne s’autorisait des pauses rock voire punk rock… Aujourd’hui certaines pointures folk et soul l’émeuvent : « J’ai des artistes phare comme Fink dont je suis vraiment admirative. J’aime également Laura Marling, je pense être très inspirée par elle. » Celle qui écrit ses chansons avec des images souhaite avant tout dénouer des problématiques à travers ses mots. Cela se ressent dans le doux clip de « Tightrope Walking » : « Cela peut être positif ou négatif mais je ressens le besoin d’écrire sur ces questionnements. Souvent, quand je ne comprends pas, je n’arrive pas à mettre des mots ou des formulations claires donc je parle par images. »

Après des études littéraires et un stage de traductrice au parlement européen du Luxembourg, la jeune parisienne a décidé de se recentrer sur sa musique. Elle a fait le choix de quitter une vie qui s’annonçait droite et monotone pour mener ce qu’elle appelle son projet de vie : « Je me suis retrouvée dans une équipe de traducteurs qui avaient une vie extrêmement rangée, très droite. Je me sentais en décalage. Moi j’écris de la musique en guitare/voix depuis que je suis petite et je veux continuer à le faire. » A des échelles différentes, cette envie est toujours la même aujourd’hui : « J’essaye de m’entourer pour élargir la portée et l’ampleur de ce que je propose. C’est le projet qui découle totalement de ce que je suis et de ce que je ressens… » Cacher sa pratique musicale devenait parfaitement insurmontable : « Quand j’étais en classe prépa, je ne savais pas comment allier mes études avec la musique alors que c’était très important pour moi. » Aujourd’hui lyonnaise, Claire voit d’un bon œil la diversité culturelle de notre ville chérie : « C’est en arrivant ici que je me suis mis un gros coup de pied aux fesses au niveau de la musique, sinon je n’allais jamais sortir mes chansons du tiroir. C’est la première fois que je vais à autant de concerts. Je découvre qu’il y a une scène locale et je suis agréablement surprise. » 

 

Plus tard, notre guitariste aimerait s’entourer de cordes et de cuivres sur scène, mais c’est bien en solo ou en trio qu’elle défend son 1er EP (She Changed Her Mind) pour le moment. D’ailleurs, notez le 6 juillet dans vos agendas, une jolie date se profile pour elle au Farmer !

 

Samuel Ferreira

CMK
Sa Page Facebook
Son compte YouTube

Le Farmer : 14 montée des carmélites 69001 Lyon

No Comments

Post a Comment

42 − 35 =