L’illustration. Voilà un monde bien vaste dans lequel Kosmic a décidé de s’aventurer : Nicolas D’Almeida a été notre première victime.

 

Vous connaissez peut-être déjà Nikow’s Gallery, une page Facebook dans laquelle Nikow (de sa signature) réunit ses humeurs, ses coups de gueule, ses délires… en illu. Seront régalés les fans de bédé et de culture G, puisque le dessinateur passe des Tortues Ninja à Breaking Bad, ou encore de sujets d’actualité à Calvin et Hobbes. Difficile de s’ennuyer dans cette collection de références et de folies compulsives (parce qu’il nous propose d’acheter un Carapuce en période de canicule, quand même. La génération Pokémon comprendra). Un joli méli-mélo à l’humour doux, parfois noir, cet artiste amoureux d’esthétisme n’oublie jamais de faire participer ses fans (2 587 j’aime, chapeau bas) avec des jeux aussi créatifs que délurés.

Calvin&Hobbes

Rencontrer les bonnes personnes au bon moment.

 

« Il n’est pas toujours évident d’approfondir ses connaissances et performances lorsqu’on commence seuls dans un univers aussi étendu que celui de l’illustration » nous dit-il. Mais Nikow est un autodidacte passionné qui ne se laisse pas décourager par le moindre obstacle. Des rencontres fortuites l’ont encouragé très jeune à continuer à faire de la bédé. Il créa au lycée avec un ami une « BD dialogue » nommée Inglorious RetroGamers, dont le but était de lancer une histoire et de se laisser surprendre par la réponse de l’autre à chaque fois. Alors que l’envie de s’ouvrir à des projets plus concrets grandissait, il conçut plus tard deux autres ouvrages, « Robin Hood » spécialement imaginé pour Le Mediaphi (Médiations Philosophiques), et « Atterrissage », présenté au concours Jeunes Talents au Festival international de la Bande Dessinée d’AngoulêmePourtant, du haut de ses 20 berges, il explique que le succès ne l’intéresse que trop peu et que le plaisir de tenir un crayon entre ses doigts pour griffonner ses émotions sur papier lui suffit amplement. « J’adorerais publier une BD, mais être dessinateur n’est pour moi pas une fin en soi » rajoute-t-il. Nikow touche un peu à tout, encre de chine, gouache, en passant par la tablette et l’aquarelle, pour nous faire partager ses petits bouts de pensées. On espère qu’il va continuer à nous rassasier de son crayonné charnu et adroit!

D’ailleurs en parlant de ça, il paraît qu’une exposition d’illustrations se profilait à Lyon, et que Nikow ferait parti des exposants. Mais peut-être n’est-ce qu’une légende urbaine… Kosmic vous en dira plus, mais pour l’instant, c’est notre petit secret.

 

Morgane Philip