Naive New Beaters : mariage entre l’électronique et le néo-disco

Pendant que le mois de mai pointe le bout de son nez, la rédaction fait ce qui lui plaît et continue de vous faire découvrir ses belles découvertes du Festival Reperkusound. Entre deux concerts enflammés, Kosmic a pu s’entretenir avec une pointure de la musique électronique, le groupe Naive New Beaters.

 

Mais qui sont ces 3 énergumènes qui se font appeler les Naive New Beaters ? Si vous n’en avez jamais entendu parler, c’est que vous vivez probablement dans une grotte. Mais vu que chez Kosmic on est gentil, on va vous les présenter. Les Naive New Beaters c’est avant tout des potes qui se sont rencontrés au lycée. Martin Luther BB King et Eurobelix avaient déjà un groupe quand ils ont rencontré David Boring, devenu leur chanteur par la suite : « Au début on ne s’aimait pas trop » nous confie Martin (difficile d’y croire quand on les voit tous les trois aujourd’hui), « l’histoire du groupe, elle se résume assez bien dans ce clip « Made To Last Song ». C’est une vidéo qu’on a sorti il y’a pas si longtemps ». Un peu comme une rétrospective, on y voit défiler des images du groupe en 2006 et 2016. Un moyen de retracer le chemin parcouru depuis leurs débuts et de mesurer les changements. 10 ans après et 3 albums plus tard, on peut constater leur évolution, et eux aussi d’ailleurs « On a les cheveux qui ont poussé, on a un peu pris des joues (rires) ».

Musicalement, ça s’entend aussi. Si leur premier album « Wallace » (2009) mélangeait à la perfection funk et hip-hop, leur dernier opus « A la folie » s’aventure plus dans une musique électronique épurée mêlée à une pointe de disco-funk : « C’est clair qu’il y a moins de rap et plus de chant », explique Eurobelix, « les rythmes sont un peu plus accélérés, mais la funk reste encore très présente dans la guitare. Avant, on cumulait beaucoup de choses dans les morceaux. Maintenant, on essaye de faire de la musique plus simple pour que dans l’ensemble, ça reste fluide ». Quoi qu’il en soit pour Martin : « C’est pas une démarche qui a été intellectualisée, à aucun moment on s’est dit qu’il fallait qu’on fasse quelque chose de différent. On a fait ce qu’on avait envie de faire sur le moment et voilà le résultat ».

 

Toujours plus loin, toujours plus fort

 

Après avoir fait preuve de créativité pour leur clip « Heal Tommorow » filmé à 360°, les trois compères ont poussé une nouvelle fois les limites de leur imagination pour leur titre « Words Hurt », avec une vidéo interactive (sortie le mois dernier). Sous les commandes du réalisateur Romain Chassaingils sont allés aux quatre coins du monde (notamment aux USA et au Vietnam) et ont mis en place un concept pour le moins singulier et novateur : « Après Heal Tomorrow, on s’était dit qu’il fallait faire un truc encore mieux ! Pour ça, on a repris un vieux concept de 2006 qui existait déjà sur Youtube pour voir si ça allait marcher. On voulait pas faire un clip classique de trois minutes. Du coup on a tourné 27 vidéos de vingt secondes pour qu’il y’ait 47 scénarios possibles. Comme dans un jeu vidéo, le spectateur choisit à chaque fin de séquence la tournure des événements (ndlr : il a le choix entre deux suites différentes) de manière à ce que notre destin reste toujours entre ses mains ». Depuis, ils rêvent de folies visuelles et pensent même revenir à l’ancienne technologie 3D (avec les célèbres lunettes rouge et bleue vous vous souvenez ?). 

Laissez-vous donc surprendre par la folie de ce trio qui n’est pas prêt de raccrocher les micros. Avec une tournée en cours, Naive New Beaters a bien l’intention de conquérir le coeur et les oreilles des quatre coins de notre douce France (car c’est le pays de leur enfance). Leurs prochaines escales de prévues : le 6 mai à Gray pour le festival Rolling Saone, le 20 mai à la Clef de Saint Germain en Laye et le 26 mai à la Scène 55 de Mougins.

 

Morgane Nicolas

 

Naive New Beaters, Les Membres : David Boring (chant), Martin Luther BB King (guitare) et Eurobelix (machines)

Depuis « A la Folie » , le groupe est accompagné, sur scène, de deux musiciennes : Audrey (basse) et Zoé (batterie)

Leur page Facebook ici
Leur site internet ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

* Pourquoi Naive New Beater ? : « Naive parce qu’on était un peu naïfs quand on s’est lancé. New parce que c’était tout neuf et Beaters parce qu’il y a avait une grosse batterie et donc un bon gros beat. Comme tout ça donnait du Naïve new beat, on était obligé de s’appeler les Naive New Beaters ».

PS : Si tu kiffes leur son, sache qu’ils font aussi leur propre bière. Elle s’appelle la Naive New Beer et c’est « une excellent blonde chaloupée, hyper houblonnée, hyper classe et qui plaît même à ceux qui n’aiment pas la bière ». Si avec ça vous n’avez pas envie d’y goûter, on sait pas ce qu’il vous faut de plus, (nous en tout cas, on est conquis).

Festival Rolling Saone : Halle Sauzay Avenue Carnot, 70 100 Gray
La Clef : 46 rue de Mareil, 78100 Saint-Germain-en-Laye
La Scène 55 : 55 Chemin de Faissole, 06250 Mougins

 

© Crédit photo (live) : IamJusteen

Laisser un commentaire

+ 63 = 70