Pour la deuxième fois, toi et ta Kosmic team (résultant du nombre de deux) êtes allées jouer des coudes chez les compatriotes Marseillais pour le Festival Marsatac. Avec la belle Inès et un sac à dos sous le bras, t’as pu profiter, le temps d’un week-end, de la plage, des cigales et d’une terre promise où règne cette bonne atmosphère hip-hop/electro des familles.


Oh Marseille ! Tu nous donnes la fièvre.


Vendredi 23 Juin, 5h17 du matin. Tu pars de chez toi rejoindre Inès, ton acolyte de toujours. En temps que miséreuses des temps modernes, vous avez du prendre le train petit luxe OuiGo de 6h (à dix balles la places, tu pouvais pas faire mieux). Sur le chemin de la gare, vous croisez vos potes Yaceen et Nassim, devant le kebbab du coin, encore sous l’effet alcoolisé de leur soirée. Deux trois phrases approximatives échangées et vous les laissez, direction… Marseille ! Après deux heures de trajet, vous arrivez dans la cité phocéenne et « Oh bonne mère » tu te sens comme à la maison : en tant que fille de Provence, le chants des cigales te donne la chair d’ampoule et l’acceng du sud te régale les papilles auditives. Là t’es bien.

Mais parlons peu, parlons gaiement. Le festival Marsatac. Oui, parce que dit comme ça, t’as juste l’impression que Tim Burton est de retour avec son armée de trolls chelous prêts à envahir l’Amérique et assassiner Jack Nicholson. Que nenni ! Là, tu vas à un des plus gros événements de la zik de PACA ! (ça se voit pas mais tu te tapes un gros Dab en pensant à ça). Depuis 1999, le festoch abat son penchant pour la musique urbaine dans Marseille (Hip/hop, électro, pop…). Avec un site habituellement installé au Dock des Sud ou à La Friche de la Belle de Mai, les organisateurs ont décidé, cette année, d’avoir un peu de sang neuf en plantant le décor en plein coeur du 8ème arrondissement de la Ville : au Parc Chanot. Pour parler aux plus footeux, cela se situe juste à côté du vénérable Stade Vélodrome. Bref, vous posez vos affaires dans un èrebiènebi déniché pas loin (chez Caroline, une nana wonderwoman healthygirl trop coule), opérez une sieste réparatrice (de quelques heures), et vous voilà prêtes à braver les courants de la magnifique programmation de le soirée : Alltta, Birdy Nam Nam, Fonky Family et bien d’autres.

 

Petit échauffement OKLM


T’arrives là bas, tu récupères ton bracelet presse et hop, on te met direct dans le bain avec une interview d’Alltta (par chance, ce soir, vous n’en avez que deux). Ces gars, tu les avais déjà vu au Festival des 24heures de l’Insa (en terre sainte Lyonnaise). A eux deux, c’est juste 20Syl, un ancien membre d’Hocus Pocus et C2C en duo avec une pointure des MC américains : Mr J.Meideros. Pas de quoi en faire tout un plat (si tu pouvais écrire « mytho » en lettres rouges sur ton front, tu le ferais). Tu regardes Inès, elle a les yeux qui brillent aussi fort qu’un diamant 137483 carats. En essayant de faire preuve d’un maximum de professionnalisme devant ces deux monstres de la musique, l’entre-vue se passe comme une lettre à la poste et se termine par une douce bière (1664 reprézent’) pour se remettre de tes émotions.


On accélère la cadence


Là, t’as une heure devant toi avant tes prochaines obligations, tu décides donc d’aller un peu visiter le site. Tu débarques au milieu d’une immense fosse aux festivaliers entourée des trois grandes scènes : le Grand Palais, le Palais Phocéen et le Palais de l’Europe (c’est déjà du bon palais là). Tu constates sans surprise que la pudeur des marseillais est aussi inexistante que le C cédille dans Surf (merci Brice). Et oui, les trois quarts des mecs se baladent torse poil (avec les 38 degrés ambiants, tu regrettes aussi de ne pas pouvoir te trimballer les nibards à l’air sans que la brigade du swag ne te tombe dessus). Dans la cohue, tu croises Illiès, de La Nuit Magazine. Vous lui aviez déjà tapé la discut’ l’année dernière et là il se rappelle de vous. Tu le trouvais sympa jusqu’à ce que tu le vois porter le maillot du Barça (en tant que supportrice du Péèsseugé, le souvenir de La Remontada te fait encore couler la larme à l’œil). Pas le temps de niaiser, c’est déjà l’heure d’aller voir Birdy Nam Nam pour ton deuxième entretien. Et pour ça, c’est Crazy B qui assure. Le gars a pris un petit coup de vieux mais son âme d’artiste reste intacte. Une fois reste coutume, tout se passe bien, le gars est hyper sympa, et tu termines ça avec une deuxième bière (de la Skoll pour cette fois).

Tu vas ensuite jeter un œil au Grand Palais où House Of Pain se déchaîne. Tu vois qu’ils ont eux aussi pris un sacré coup dans l’âge mais leur fougue reste démesurée. Avec Everlast au micro, t’as l’impression que c’est ton papa qui met l’ambiance. Génial ! Pour le finish, ils assurent sur le célèbre « Jump Around.«  La foule est transcendée. Tu te tournes vers ta pote, elle saute tel un kangourou fou et tu l’as définitivement perdue. Tout ça n’est rien quand la Fonky Family débarque juste après sur scène. T’as juste le temps de te dégoter ta dernière bière que la salle se remplie à ras bord, à tribord et à babord (sans exagération). Une véritable institution pour les Marseillais, le collectif avait marqué les débuts du rap français dans les années 90. Séparés depuis 2007, les membres se retrouvent aujourd’hui pour une date exceptionnelle dans leur bourgade de coeur. Sans être de la ville, tu ressens quand même la ferveur que le groupe engendre auprès de son public: TOUTES les chansons sont scandées par coeur, t’es aussi serrée qu’une sardine dans sa boîte et du « marseeeeeiiiiiiillle ! » est crié à tout va. Waouh !  


Dernier Sprint


T’enchaînes ensuite sur le concert de De La Soul. À ton grand regret, t’as même pas le temps d’écouter quatre morceaux que Birdy Nam Nam passe au même moment au Palais de l’Europe. (Inès n’ayant qu’un pass photos sur les trois premiers titres, vous êtes obligées de couper la poire en deux). Tu profites quelques instants de la prestation du groupe parisien et « oh doux jésus » c’est déjà deux heures du matin. Tu t’octroies une petite pause water/clope bien méritée avant d’attaquer un dernier round avec Alltta. Comme à Lyon, le duo enflamme et terrasse tout sur son passage. Le flow de Medeiros te met le cul plus bas que terre sans compter la prestation surprise de 20Syl sur un des titres d’Hocus Pocus (tu avoues d’ailleurs en avoir oublié le titre). A ce moment là de la soirée, même les bisounours seraient moins aux anges que toi. Au final, il est plus de trois heures, t’arrives à chopper Inès qui elle aussi ne redescend pas de son nuage. Tu oublies Uber et Heetch pour la première fois depuis la saison des festivals : tu rentres à pattes. Quand tu te glisses dans tes draps, tu te remémores cette belle soirée. En pensant aux concerts, aux interviews, à la foule en délire…Tu te dis que malgré tout, y’a une justice quand même !


Aviva Nakache


© Inès Bourgeois


Festival Marsatac 

Leur Page Facebook ici
Leur site internet ici

 

PS : un grand merci à toute l’organisation presse de l’événement qui nous a reçu comme des princesses et tout particulièrement à Léa Robert qui a permis de rendre toute cette aventure possible !