Alors que le printemps opère son lifting naturel annuel, les révélations musicales foisonnent et bombardent nos tympans de douces litanies. C’est entre oiseaux chanteurs et allégresse contagieuse que la rédaction s’est vu cueillir un cortège éclectique valsant entre pop, world et funk : Mama Watt.

Ils nous donnent des notes, des mots, et une voix qui s’emporte dans un piquant tempo. Mama Watt, c’est la collusion de sept charmants bonhommes mariés à notre chère divinité Musique. Une union électrique et spontanée résultant de diverses expéditions musicales et de rencontres… sportives ! « Cela fait un an et demi que nous travaillons ensemble », se confie Pierric, chanteur/guitariste du groupe, « à la base on s’est rencontré via le football (rires). A Lyon, il y a un réseau de musiciens qui aiment pratiquer ce sport. C’est là que j’ai rencontré une majeure partie du groupe. Bien sûr, il y a eu les jams sessions où on à pas mal joué ensemble, à la Maison Mère, La Marquise… C’est surtout là que des affinités se sont créées entre nous. »

mama watt imgSurfant sur les influences de chacun (groove, R’N’B, en passant par la musique du monde), le groupe distille avec aisance une base classique pop/soul/funk qu’il complète avec des sonorités world, de manière a créer une harmonie aussi efficace que la composition 4-4-2 d’Aimé Jacquet un certain 12 Juillet 1998. Dans une cohérence artistique détonnante, chaque membre enrichit le son du projet afin de « faire voyager » le public : « On est tous influencés par beaucoup de choses. Chacun de nous apporte une patte personnelle, que ce soit au niveau des percus, des coeurs… Nos morceaux sont un peu solaires, tropicaux… On aborde des thèmes assez communs comme l’amour, la trahison ou la brisure. Des sujets courants mais qui amènent, à travers la musique, une initiation, un voyage. » Dans cet esprit baroudeur, ils proposent un aller-simple en première classe dans leur univers. Déversant des rythmes atypiques apportés par un réel jeu de clés et des percussions endiablées, ils détonnent à travers une emprise vocale saisissante qui se galvanise avec une authentique sincérité.

Prise de risque à la Française


En restant sur une ligne directrice très précise, les Mama Watt se démarquent en révélant une singularité aux allures de paris risqués : chanter certains titre en français. « C’est une volonté qui est venue tout naturellement. J’avais cette frustration de ne pas pouvoir m’exprimer dans ma langue maternelle. On a une responsabilité en tant qu’artiste de défendre quelque chose et je trouve qu’on entre dans une certaine facilité avec l’anglais. Après au niveau des thématiques, dans la manière, l’intention d’aborder les choses, c’est difficile de chanter au premier degrés en français. C’est pour ça que c’est un vrai challenge pour nous. »

Prenez donc votre billet pour un vol Mama Watt – Kosmic. Veuillez attacher et ajuster votre ceinture sans sécurité, toute la compagnie vous souhaite un agréable voyage constellé de vertueuses turbulences artistiques. Une halte sera prévu le 10 juin prochain au Toï Toï pour le concert du tremplin du BIJ (Bureau Information Jeunesse) de Villeurbanne.


Aviva Nakache

Mama Watt – Les Membres : Pierric (chant/guitare), Stéphane (choeurs), Bruno (guitare/coeur), David (piano), Jim (basse), Mathieu (percussions) et Alex (batterie).

Leur page Facebook Ici
Ils ont aussi une chaine Youtube

Toï Toï le Zinc : 17-19 Rue Marcel Dutartre, 69100 Villeurbanne

Pourquoi « Mama Watt » ? : « Mama watt vient puiser dans tout ce qui es de l’imaginaire vaudou, ça provient de Mami Wata, une sirène autant créole qu’africaine suivant les différents mythes. Selon les pays et les traditions, elle était autant source de richesse que de malheur selon la croyance. Du coup elle pouvait aussi bien attaquer les marins et leurs empêcher une bonne pêche que provoquer des choses miraculeuses et beaucoup plus positives »