Lux’s Dream : Le pouvoir enchanteur de la pop onirique

Alors que vous commencez secrètement à faire votre petite liste au Père Noël, chez Kosmic on aime vous faire des cadeaux toute l’année. Nous vous avons donc déniché une jeune artiste lyonnaise, Lux’s Dream, qui nous propose une pop minutieuse pleine de poésie.


Lorsque l’on croise un OVNI sur son chemin, on est souvent intrigué, surpris voire dubitatif. Dans le cas de Lux’s Dream, OVNI musical avéré, on est curieux, surpris, puis émerveillé. Multi-diplômée du conservatoire de musique, Sacha
(de son vrai nom) a vite souhaité se défaire de ce carcan scolaire tout en préservant sa maîtrise technique dûment acquise: “ C’est à la fois quelque chose dont j’ai essayé de m’éloigner. Il y avait une forme d’ennui et d’emprisonnement, mais c’est aussi quelque-chose qui m’a construite et j’aime bien rejouer des morceaux de piano classique de temps en temps. “

Le nom de Lux’s Dream offre beaucoup de lectures : de l’acrostiche de LSD au personnage de Lux Lisbon dans “ Virgin Suicides “. Sacha y voit surtout une “ recherche psychologique d’être entendue de la part de ce personnage, et de s’ouvrir sur le monde malgré un enfermement dans sa famille. “ On vous rassure, tout cela est très imagé et elle n’a pas pour ambition d’embrasser le même destin que la famille Lisbon… Très touchée par l’esthétique du film de Sofia Coppola, notre jeune artiste s’en inspire beaucoup : “ Dans tout ce qui est visuel, j’aime bien la culture psychédélique et surréaliste. Dans l’art j’aime ceux qui vont au delà du rationnel et qui vont chercher dans l’inconscient, j’aime beaucoup Dali par exemple. “


De sa soif intense de création est né un premier EP, “ Tako Tsubo “. A l’image de “ Hollow Shell “, ce disque est un condensé parfait entre une expérimentation poussée des textures sonores et l’écriture soignée des harmonies vocales. Bien décidée à s’affranchir de tous les codes, Lux’s Dream a parfaitement su piocher dans sa hotte remplie de références pour créer quelque chose de neuf : “ J’ai été assez marquée par ma formation classique. Tu peux retrouver du Ravel, du  Debussy ou même du Schubert dans l’intention ou les harmonies. J’ai également beaucoup écouté Nirvana, Air, The Kills ou Radiohead. En ce moment, je m’intéresse beaucoup à Bjork. Très attachée à la scène lyonnaise, celle qui officie également dans Ulysse Von Ecstasy s’est offert “ Through the Rainbows “, un magnifique titre né d’une collaboration avec le producteur Dalhas Umaï. (Il paraîtrait qu’un nouveau projet est déjà en cours entre ces deux là…)  

Un peu geek dans l’âme, notre interlocutrice du jour s’intéresse de très près à la bidouille. Heureuse propriétaire d’un Prophet 6 (séquenceur qui a fait ses preuves sur le morceau “ Everything in its right place “ de Radiohead), Sacha dispose également d’un Korg SV-1 : un piano électrique qui lui permet d’intégrer des sons d’orgues, de clavinet  et de la Tanzbär  (boîte à rythme de chez MFB qui signifie “ L’ours qui danse “). Seule sur scène mais entourée de tous ses joujoux, notre artiste a sans doute l’impression d’être aux commandes d’un vaisseau spatial : “ Je joue souvent de ces trois instruments et je chante en même temps. Actuellement, j’ai tout à portée de main et je ne bouge pas de mon petit socle. Souvent je déclenche la boîte à rythme, puis le séquenceur et je chante. Je ne suis pas vraiment en mouvement sur scène mais il est vrai que j’aimerai avoir un peu plus de liberté physique dans ce set…Nous vous invitons donc à écouter le premier EP de Lux’s Dream sorti il y a quelques jours et à retrouver son univers onirique lors de ses prochains concerts.


Samuel FERREIRA


Lux’s Dream : sa page Facebook ici

Sa chaîne Youtube et Soundcloud

No Comments

Post a Comment

− 3 = 6