Les Deux Lyricists : les lumières du rap

Pour sa 3ème édition, la Ninkasi Urban Week a fait encore du sale. Du graff, du bmx, du rap (qu’est ce-que t’as pas compris dans Urban ?). La programmation ferait saliver n’importe quel amateur du style. L’occasion, dès le deuxième jour du festival, de se taper une bonne tranche de hip hop lyonnais avec le duo Deux Lyricists, en première partie de la Rumeur. Rencontre avec un groupe qui, comme ils le promettaient sur leur premier EP, n’en finit plus de mûrir.

 

Ah, Lyon ! Ses Fleuves, ses musées, son histoire et…. son Hip Hop. Face aux incontournables Paris et Marseille, on pourrait vite se dire que la capitale Rhône Alpine n’a pas sa carte à jouer dans le game du rap. Et pourtant, la partie est loin d’être terminée et les Deux Lyricists sont là pour te le rappeler. Habitués des Open Mic et brûleurs de planches lyonnaises, les deux MC, Justin et Martin tournent depuis plus de 8 ans. A leurs actifs : 3 EPs dont le dernier en date : « Les Deux Lyricists X Cas d’Ecole » qui, comme le nom l’indique, fut réalisé avec l’entité musicale Cas d’Ecole (Guitare, basse, batterie). Tantôt aussi doux qu’une partition de jazz, tantôt aussi grinçant qu’une disto incontrôlée de garage, le groupe distille un « rap concerné » sur des rythmiques résolument Hip Hop. Clairement, l’étiquette n’est pas de mise : « Pour nous, c’est se mentir à soi-même que de se tenir à un registre d’instrus » expliquent-ils, « on ne va pas poser que sur du piano sombre ».

Poétiques ou métaphysiques, les textes s’assemblent à la musique pour aller chercher la bonne atmosphère : « Ça va de l’introspection, des questions existentielles à la lutte des places… Est ce qu’on est engagé ? En tout cas on s’engage dans notre rap, on fait attention à ce qu’on dit. On parle du gouffre, pas de Disneyland » glissent ils dans un sourire, « les sujets traités peuvent être différents mais on essaie toujours de mettre une ambiance sur le moment ». Une ambiance qui flirte parfois avec le malaise alors que jusque là, tout va bien. « On aime le malaise dans la musique. C’est pas un problème, c’est un mystère. Le problème a une solution là où il y en a pas. On met juste des lumières qui groovent sur des zones d’ombres que l’ont kiffe ». Une ligne directrice qui fonctionne depuis leurs débuts, avec DJ Waks, présent sur leurs deux premiers EPs « On va tous mûrir » et « Des mesures pour s’aider ».

 

En avant pour le show !

 

Si on avait pris l’habitude de voir le groupe accompagné du band, ils sont venus, pour l’Urban Week, avec leur beatmaker de toujours : « Il organisait des open mic sur Grenoble et on a commencé à bosser ensemble. Ensuite on l’a plus lâché… » A 20H, c’est lui qui lance le show, préparant le public qui rentre au compte-gouttes prêt à se prendre une claque de rimes et de vers en pleine face. « C’est un peu un retour aux sources, mais elle ne se tarie jamais », lance Justin, « c‘est différent du travail avec les musiciens, mais c’est nécessaire. Les rappeurs sont plus mis en avant. Quand on est avec Cas d’Ecole, c’est la rencontre entre deux entités. Le fait d’être avec un DJ, c’est plus épuré, frontal. On y va : Bim ! »  Effectivement, BIM ! Oublie les comptines et les chansons douces que te chantait ta maman : sur scène, les deux MC sont intenables. Si le show avait duré plus d’une heure, il aurait fallu prévoir des bouteilles d’oxygène. Exit le charme du malaise, ça c’est pour le studio. En concert, le groupe « s’engage physiquement dans le rap » et t’attrape au passage. Mais attention, c’est pas l’attrape-couillon où le type s’excuse après t’avoir effleuré le bras. Non, c’est un bon gros plaquage qui t’envoie faire un petit tour du monde la tête en bas.

Au moment où tu penses pouvoir te relever, La Rumeur chope le micro. Après t’être fait plaquer, voilà que toute l’équipe te tombe dessus. Irrespirable… Avec 20 ans de zic derrière eux, les trois MC ont toujours la pêche, s’offrant même le luxe de finir le concert dans le public, à même la fosse. Pour terminer (faut bien respirer à un moment, « ça aide à vivre » disait le sage), les parisiens promettent de revenir foutre le feu en cette année présidentielle après le lancement de leur prochain album, prévu fin avril. Les Deux Lyricists, quand à eux, devraient sortir un nouvel EP avec Cas d’Ecole et une Mixtape (dont DJ Waks serait le principal artisan) avec le collectif La Megafaune dont ils font partie. Restez à l’écoute, les zones d’ombres n’ont pas finit de groover.

 

Jillian Chabal

 

Deux LyricistsLeur page Facebook ici
Leur EP disponible ici
Leur chaine Youtube ici

© Crédit photo :  Jillian Chabal

Laisser un commentaire

2 + 8 =