Le Musée des Confluences ouvre sa première exposition de l’année, avec pour l’occasion une collection inédite d’œuvres d’art Africain composée d’une soixantaine de pièces.

Ewa et Yves Develon partagent depuis plus de 40 ans la même passion pour l’art africain, plus spécifiquement issu du Nigeria et alentours. Ils ont ouvert deux galeries spécialisées au début des années 1980 l’une à Ramatuelle l’autre dans le Marais à Paris, avec pour objectif de présenter au public français leur vaste collection.

Cette inestimable collection fait aujourd’hui l’objet d’un don au profit du Musée des Confluences, représentant un événement majeur pour ce dernier, complétant ainsi une collection existante assez faible étant donné la zone géographique des objets.

En effet les 60 statues et masques de l’exposition proviennent du Nigeria, ancienne colonie britannique, faisant de cet art une denrée rare sur le sol français. Vouée à être intégralement léguée au Musée, la collection du couple compte environ 300 pièces d’histoires d’un pays, allant de l’art abstrait au naturalisme, actuellement en grande partie stockée dans leur appartement.

On connaît l’importance d’une bonne traçabilité concernant les pièces d’art africain dans un contexte où la contrefaçon est très présente. Au-delà de ça le couple a toujours tenu à ne pas déraciner l’art de sa nature, c’est pourquoi pour chaque pièce un travail de remise en contexte est effectué. Pour certaines d’entre elles, le Musée a mis en place des techniques d’analyse avancées, comprenant l’étude des matériaux et pigments (en partenariat avec le Quai Branly), le passage en scanner médical, et bien évidemment le travail iconographique de l’œuvre. Cependant, quelques pièces restent très peu identifiées, étant parfois des exemplaires uniques, il est difficile de se rattacher à un contexte connu.

Toutes ses étapes sont essentielles pour remettre chaque statue et chaque masque dans son contexte, en racontant leur histoire et les rituels leur étant associés.
Certains objets restent cependant toujours inconnus, ce travail permet de commémorer l’histoire des peuples et tribus, des Igbo aux Boki en passant par les Zigua et le Bafo, cette exposition permet de mettre en lumière la vaste culture de cette partie de l’Afrique.
Essentiel donc de prendre un moment pour découvrir l’histoire de ces peuples, qui se raconte, du 8 février au 12 mai 2019, au Musée des Confluences de Lyon.