Korto : le V12 du Space Rock

Alors que l’on vient de célébrer le 24ème anniversaire de la mort de Kurt Cobain (snif), l’un de nos trio régionaux est bien en passe de frapper un grand coup. Entre space et kraut rock, ces doux agneaux répondent au nom de Korto et puisent leur force dans l’énergie du live et dans les rythmiques sophistiquées. Rencontre avec Marius et Clément, guitariste et bassiste de la formation haute-savoyarde…

Maserati. Tout commence avec ce nom de voiture. Korto s’est réunit autour de ce groupe des années 2000 à la même orthographe et notamment de feu son batteur Jerry Fuchs : “ C’était un super musicien et ce jeu nous parlait à tous les 3, d’autant plus à Léo qui fait la batterie chez nous “ se confie Marius. « Musicalement, ça va assez vite, c’est un peu une sensation d’autoroute… » Au commencement, Clément et Léo avaient un groupe de stoner et partageaient le même toit que Marius. Petit à petit, ils se sont mis à sculpter ce qui allait être leur son : « A la base, les premiers jets de ce qu’on faisait étaient des trucs un peu plus influencés qu’aujourd’hui. A force de jouer ensemble, on a eu la volonté de faire des morceaux un peu rentre-dedans, planants, mais aussi mélodieux.  » 

Après une première répète fin 2015, nos trois collocs ont décidé de passer la seconde et de sortir “Tajine”, un premier EP annonciateur de (très) gros sons fin 2016. Très attachés à leur Haute-Savoie chérie, le projet s’est transformé en véritable création artisanale estampillée raclette : “ Beaucoup de choses se sont faites chez nous. On vivait dans un village qui s’appelle Bonne, le disque a été enregistré à Chambéry. Pour l’artwork c’est Chufy, un de nos voisins. C’est vraiment une production savoyarde et c’est chouette ! “ s’enjaille Clément. Aujourd’hui, très présents sur la scène rhônalpine, c’est à Lyon que le kraut rock du trio prend ses quartiers : « Je trouve la culture lyonnaise hyper riche. Il y a une grosse proposition d’esthétiques entre les bars rocks, le Groom, ou la SMAC éclatée. C’est super en terme de programmation  » ajoute Marius.

 » Un moteur diesel lancé sans pitié sur l’autoroute du space rock « 


Leur album éponyme sorti en novembre 2017 est en effet un bon gros diesel qui prend de la puissance au fur et à mesure des régimes. Enregistrés en live, ces 7 titres sont parfois comparés à du bon vin qui explose en bouche mais sont surtout une formidable série de claques dans la figure : « 
On adore bosser en studio mais de manière live. On enregistre tous les trois ensemble. On aime tous bien que ce soit court, pas plus de 3 jours pour la partie prod  » nous confie Clément. Se la jouer Rolling Stones à la villa Nelcotte, c’est donc non merci : « On ne compte pas caler des semaines entières de studio. On a une approche vraiment live, on adore ça. « 

Aujourd’hui nos trois compères se donnent les moyens de faire vivre leur esthétique musicale à contre courant de Jul et ses acolytes. Ça se concrétise en une tournée de 30 dates entre la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie. Marius attend particulièrement ces premiers concerts à l’étranger : « Je suis à peu près convaincu que le style de musique qu’on fait aura plus d’oreilles dans ces pays-là. «  Même si la France reste bien sûr un vivier privilégié : « On est super contents de la fréquence de concerts. En France ça marche aussi, il y a des gens réceptifs partout.  » Korto est à rencontrer en live, mais aussi en ligne. Album à acquérir pour la somme démoniaque de 6.66€ sur Bandcamp ! Faites gaffe avant de cliquer !


Samuel FERREIRA

© Crédit artwork en couverture : Chufy
© Crédit photo corps de texte : Nicolas Rabond / Red Door

Korto : Leur page Facebook
Leur chaîne YouTube
Leur album sur Bandcamp

Le Groom : 6 rue Roger Violi 69001 Lyon

SMAC éclatée : 
Marché Gare
 : 34 rue Casimir Périer 69002 Lyon
Bizarre : 68 boulevard Irène Joliot Curie 69200 Vénissieux
Epicerie Moderne : Place René Lescot 69320 Feyzin
Périscope : 13 rue Delandine 69002 Lyon

No Comments

Post a Comment

64 + = 66