Kinetic : le rock cinématique à la Lyonnaise

Décidément, la team Kosmic vous fait découvrir beaucoup de nouveaux styles de musique. Pour cette fois, la rédac’ vous présente un trio aussi talentueux qu’ambitieux qui nous a parlé rock cinématique autour d’une bière : Kinetic


Kinetic, c’est toute la musique qu’on aime, elle vient de là… Elle vient du rock ? Formé fin 2016 par Clément (guitare et chant) et Mathieu (basse, chœurs), qui se connaissent depuis longtemps, décident de trouver un batteur pour fonder un nouveau projet. Ils rencontrent alors Lucas avec qui « ça collait bien, même très très bien ». C’est sans compter leur 24 ans de moyenne d’âge qu’ils finissent par trouver leur identité musicale et surtout un nom. « Il fallait quelque chose qui donne une impression de mouvement, de dynamisme qui sont des thèmes importants dans notre musique d’où Kinetic ». Chaque membre a un rôle bien défini : Lucas gère la production audio, Mathieu s’occupe de la communication (« les trucs que personne ne veut faire (rires) » selon Lucas) et Clément est le compositeur principal. « Comme je suis insomniaque depuis tout petit, je compose principalement la nuit, pendant 3 ou 4 heures, jusqu’à l’épuisement ». De cet acharnement est né leur premier EP (éponyme), sorti en juin 2017. Si ils ont pris leur temps pour ce bébé, c’est avant tout une question de perfectionnisme : « on a une trentaine de morceaux en réserve, mais on prend le temps de les travailler, d’en faire quelque chose d’unique. Peut-être que seulement une dizaine donneront quelque chose, on ne peut pas savoir ».

Le concept de « rock cinématique » est venu grâce à Clément (qui suit d’ailleurs une formation de cinéma à l’école Factory). C’est lors d’un exercice que le déclic s’est créé : « Il fallait faire un film sans image où un comédien lit un texte face caméra. Sans images, ça reste du cinéma. Le but était que chaque personne se fasse son film dans sa tête, s’imagine son propre environnement, que chacun imagine quelque chose de différent » . Ce travail sur l’ambiance l’a beaucoup marqué et l’a aidé dans l’écriture des paroles comme dans la composition. Une aubaine pour eux car cette identité, « on a mis longtemps à la trouver, on cherchait un moyen de définir un groupe », qui joue un rock progressif aux influences pop avec des passages aériens mais aussi quelques explosions de violence (ils se revendiquent autant de Royal Blood et Muse que de Kings of Leon et Radiohead). « En plus, les paroles de Clément sont assez abstraites, elles décrivent des ambiances, des émotions et des états d’esprit. Il y a un côté mélancolique, contemplatif : cinématique ». Un concept simple mais efficace, qui leur laisse un champ assez large d’expérimentation : « il y a moyen de faire plein de choses intéressantes en live avec ce concept, un travail sur les images et les lumières, il y a un gros potentiel ».



Une actu assez chargée, des aubaines à saisir


Ces derniers temps, Kinetic a été occupé à la réalisation d’un clip, pour leur morceau « Hit », dérivé d’une live session. « On l’a tourné en catastrophe, en à peine trois heures. Il est très basique mais ça va bien avec le morceau. ». Les compères ne cachent cependant pas leur envie de faire des clips plus ambitieux et plus scénarisés dans le futur, car « ça demande beaucoup plus de travail et de budget ». Ils ont également composé récemment un nouveau morceau pour un film étudiant dans lequel ils apparaissent. Leur objectif à court terme est avant tout « de jouer, faire des lives et essayer de garder une moyenne de deux concerts par mois ». Ils apparaissent confiant sur leur avenir : « Il faut qu’on finisse de trouver notre son, qu’on se fasse un public ». En ce sens, ils disent être très contents de faire de la musique à Lyon, où la scène rock est beaucoup plus présente qu’ailleurs. « C’est rassurant, il y a encore moyen pour des petits groupes de trouver des salles pour jouer sans vendre ton cul (rires) . Il y a plein d’opportunités ».

Ces opportunités se multiplient d’ailleurs pour eux. Ils ont récemment été sélectionnés pour être en accompagnement avec le Jack Jack (un studio / salle de concert) .  Avec une journée d’ateliers par mois, ainsi qu’une résidence, ils apprennent les bases de la vie d’un groupe : traitement du son, accordage des instruments, cours de booking, etc. Selon eux, « c’est hyper intéressant, complet et formateur, c’est l’occasion de rencontrer du monde ». Et peut-être une chance de décoller ? À l’issue de cet accompagnement, un concert sera organisé, en présence de producteurs et de bookers, qui pourront découvrir la puissance de leur rock cinématique. Mais pour l’instant, Kinetic préfère se concentrer sur l’instant présent : « d’abord, peut-être un deuxième EP, pour voir la progression. Le son a déjà vachement évolué en un an, et puis à long terme, ce serait cool de faire un album. On essaye déjà de faire de la bonne musique, et on verra après : on est tous motivés pour aller dans ce sens là ». On leur souhaite en tout cas bon courage pour la suite et on a hâte d’avoir de leurs nouvelles.


Jean Desanlis


Kinetic : leur page Facebook
Retrouvez les sur Youtube et Bandcamp

Ecole Factory : 26 Rue Emile Decorps, 69100 Villeurbanne
Jack Jack :  9 bis allée Gaillard Romanet, 69500 Bron

No Comments

Post a Comment

+ 56 = 63