Alors que les vacances vont bon train pour la plupart d’entre vous, la rédaction ne s’accorde aucun répit et continue ses recherches artistiques à n’en plus finir. Perdu au milieu de Marseille, Kosmic s’est aventuré au festival Marsatac et a pu rencontré un ténor de la scène pop-électronique : Kid Francescoli.

 

Ah Marseille, sa Méditerranée, sa Canebière et… sa pop moderne ! Laissons un peu de côté les quelques clichés rap/hip-hop qui habitent la ville de Marseille et intéressons-nous à l’un des piliers de la scène locale phocéenne : Kid Francescoli. Personnage campé par Mathieu Hocine (il doit d’ailleurs son nom de scène à l’un des plus grands footballeurs passés à l’OM, Enzo Francescoli), « Le Kid » a fait ses premiers pas à l’adolescence où, sans même le bac en poche, il foulait déjà les terrains glissants de la musique : « J’ai commencé comme la plupart des zicos quand j’étais au lycée où j’avais plusieurs groupes » se confie-t-il. « Le problème, c’est que comme il y avait beaucoup de monde autour de moi, j’avais du mal à imposer mes idées. C’est pour ça qu’au bout d’un moment, j’ai eu envie de me lancer en solo et c’est là qu’est né ce projet ».

A partir de là, l’enfant du terre-terre marseillais n’a cessé d’accroître sa notoriété. Survolant des rifs pop relevés de touches électroniques, il compose ses morceaux sur une atmosphère planante portés par des textes personnels et authentiques : « Je fais en sorte de n’avoir jamais la même manière de composer. La chose qui est bien là-dedans, c’est l’accident (rires). Le fait d’être surpris par toi-même, par ce que t’es en train de faire. Quand je prends ma guitare, je vais faire ré-mineur, sol-mineur etc… je sais comment ça va sonner mais si à un moment mon doigt va glisser et que ça sonne différemment, c’est là que je vais être content. »

 

Folie, envie, lubie, idylle

 

Après un album éponyme en 2006 et un second en 2009 « It’s Happening Again », Mathieu s’envole vers les Etats-Unis et fait la rencontre de la chanteuse Julia Minkin. Rencontre qui s’est avérée être le tournant de sa carrière puisque Kid Francescoli est devenu un duo. Si ce coup de coeur était d’abord artistique, il a aussi développé un amour entre les deux protagonistes. Dans l’avant-dernier opus « With Julia » (2014), nos artistes ont ainsi ancré leur propre histoire dans leur production à travers des textes retraçant les prémices de leur relation jusqu’à leur rupture. Dans ce florilège de titres, le duo a tracé son petit bonhomme de chemin sur des sonorités de synthétiseurs valsant de l’acoustique à l’électronique en proposant une palette d’émotions formant de manière complémentaire le tableau de leur idylle.

Aujourd’hui inséparables et amis, Mathieu et Julia surfent sur la vague du succès avec la sortie de leur ultime album « Play me again » (Mars 2017). Misant toujours leurs atouts sur une complicité irrémédiable, ils accordent autant d’importance à la production qu’à leur prestation scénique : « Ça fait des mois qu’on essaye de peaufiner notre set. Dans le show, on a aussi un batteur, Julia assure au chant et à la danse et moi je suis sur mon clavier. On essaye toujours de monter en crescendo au fur et à mesure de manière à toujours tenir le public en haleine pour pouvoir le surprendre. » Un univers enchanteur rythmé d’une symbiose frappante que le duo s’apprête à déballer jusqu’à la fin de l’année. Prochaines escales en date : le 24 Août à Biarritz pour le festival « Les jeudis des jardins de l’Océan », le 15 septembre au Port Franc de Sion (Suisse) et le 13 octobre aux Passagers du Zinc d’Avignon.

Aviva Nakache


©Crédit photos : Inès Bourgeois


Kid Francescoli

Leur page facebook ici
Leurs chaînes Youtube ici et Soundcloud ici