Kalouf : le graffiti au service de l’écologie

L’ennui est un calvaire que Kosmic s’efforce d’éradiquer et une fois de plus, nous avons foulé le macadam direction Sitio où souffle le vent créatif de Kalouf, prêt à t’ébouriffer avec son expo Wild Washing ! Entre engagement et délicatesse, il tire le portrait d’une faune en danger : les animaux ont la parole, et on se laisse volontiers apostropher.


Entre rue et nature


À travers son solo show, Kalouf réveille le gène animal qui est en nous pour un dialogue tout en sincérité avec nos alter ego. De la primitivité à l’humanité il n’y a qu’un pas, et notre graffeur en est le parfait médiateur. Né au Gabon, il grandit “avec pleins de bestioles” accueillies par son père herpétologue (spécialiste des serpents) et garde-forestier. De l’éléphanteau à la guenon en passant par les serpents, Kalouf se voit entouré par de bien belles bestioles et baigné dans des valeurs de respect de la nature qui ressurgissent désormais dans son expression artistique. Pour ce qui est du graffiti, il fait ses classes de vandale à Nevers, passe au travail en collectif, monte sa boîte et débarque à Lyon dix ans plus tard. Nouveau réseau et nouveaux terrains, l’art de Kalouf part à la conquête de la capitale des Gones, bombe en main.


De l’engagement à la galerie


Armé de son outil de prédilection, l’aérosol, il recouvre petites et grandes surfaces. Avec son sens du détail travaillé à l’aérographe, il sublime son esthétique sidérante d’hyper-réalisme. Là où la précision du trait rend une texture photogénique au dessin, le travail de la couleur insuffle une brutalité propre au graffiti dans ses coulures, ses tâches et son grain. En street artiste accompli, il privilégie les supports recyclés ou récupérés dans la rue : aussi bien le bois, que le métal ou le béton. Kalouf incarne le point de rencontre entre l’underground du graffiti et la conscience de l’écologie.

Avec sa fresque monumentale où règne son combattant turquoise sur la place des Tapis à Croix-Rousse, il infuse déjà du naturel dans un océan de bitume et poursuit cet élan jusqu’en bas de la Presqu’île. Son exposition Wild Washing résonne comme l’écho d’un signal d’alarme mondial, que l’ignorance ne fera que retentir de plus belle. En liberté comme en cage, Kalouf représente les “bestioles” avec puissance et leur donne une voix, comme un cri dernier d’espoir pour sauver la beauté pure et fragile d’une nature sans défense.


C’est avec justesse que Superposition nous (re)présente un artiste à l’engagement sans faille, à l’heure de la question cruciale “Planet or plastic ?”. Entre la beauté du geste artistique et celle de la nature, Kalouf nous embarque avec lui dans un voyage coloré qui n’en perd pas de sa profondeur. Rendez-vous à Sitio jusqu’au 13 Octobre pour se faire happer dans un univers où rien ne laisse indifférent !

 

Margot Whitehead

Sitio : 3, place Gensoul, Lyon 2ème, leur site, Facebook, Instagram

Kalouf : son site, son Facebook, son Instagram

No Comments

Post a Comment

6 + 3 =