Her aux Nuits de Fourvière : curiosité, groove et énergie positive !

Dimanche dernier, la rédaction s’est aventurée au petit théâtre de l’Odéon des Nuits de Fourvière pour y retrouver un groupe rennais qui monte, monte, monte depuis sa création il y a trois ans. Retour sur l’expérience Her !

 

Il devient facile de savoir à quoi tu as affaire à force d’écumer les petits festivals à la recherche de pépites. Groupes qui montent ou qui stagnent, jeunes fougueux contre trentenaires posés, tu sais faire la différence ! Mais ton oreille peut bien être surentrainée, rien n’empêche la surprise.
Her, tu les as découvert au festival This is not a love song, édition 2016, grâce à ta pote Gaëlle : “Tu verras, c’est groovy et sensuel et ça donne envie de bouger” te dit-elle pour te convaincre à t’enfermer dans la Love Room. Tu en ressortiras conquise par l’énergie, le style infiniment groovy et la guitare aux accents si reconnaissables ! Ce duo formé par Simon Carpentier et Victor Solf t’a définitivement fait vibré jusqu’au fond du crâne.
Depuis cette chaude soirée d’été, tu les suis : lors de la sortie d’un premier EP en Septembre 2016 (Her Tape #1), puis d’un deuxième en Juin 2017 (Her Tape #2). Tu les suis aussi lorsque leur musique commence à passer sur les ondes, dans des pubs et autres marqueurs d’une formule gagnante ! A ce moment-là, tu attends avec plus d’impatience que jamais la sortie du fameux album annoncé ! Malheureusement, Simon, atteint d’un cancer, décède en Août 2017. Le coup est dur mais Victor garde le cap et maintient la barre pour sortir seul ce projet un peu fantasque qu’ils avaient conçu à deux. C’est donc le 30 Mars dernier que tu as enfin pu brancher tes oreilles sur ce petit bijou plein d’amour, de tendresse et de positivité qu’est leur album éponyme.

 

 

 

Heureuses retrouvailles

Près de deux ans après ta première rencontre avec leur univers, te voilà en route pour des retrouvailles au petit Odéon des Nuits de Fourvière ! Ce festival incontournable qui rythme chaque année le passage à l’été, te réserve toujours mille et une découvertes, c’est indubitable ! Tout particulièrement ce soir, puisque c’est une double première pour toi : tu découvres ce petit théâtre (il est pourtant juste à côté du grand, mais beaucoup plus intimiste) et puis avoue-le, tu es curieuse de voir ce que donne un duo devenu un solo…
L’image contient peut-être : 1 personneEn arrivant, tu n’oublies pas ton gosier asséché (oui, oui, tu es montée à pieds !) et fais un petit arrêt au bar désormais mythique. Ensuite, direction la fosse de l’Odéon, sans oublier de prendre au passage, le petit coussin vert pour s’asseoir confortablement. Un verre à la main, tu patientes comme tout le monde. Tu remarques combien définir une tranche d’âge dans le public est compliqué et ça te fait plaisir.
Ton impatience et ta curiosité sont à leur comble quand retentissent les premiers accords. Tu retrouves avec plaisir leurs tous premiers morceaux (“Five Minutes” et “Quite Like”), toujours aussi beaux. Le soleil décline lentement mais pas l’énergie ! Victor est transcendé : il lève les mains en souriant, comme pour essayer de prendre tout le théâtre et le public dans ses bras. Chaque accord résonne avec force et groove. Tout est parfait, jusqu’à la petite dédicace à Simon, avec “sa” chanson « Swim« . On a même le droit à deux titres en exclusivité, de quoi te ravir sans peine ! 

 

C’est donc le coeur plein d’énergie positive que tu repars de la rue de l’Antiquaille, les oreilles qui bourdonnent d’accords connus et d’autres nouveaux. Et tu te jures de continuer à suivre l’ascension (qui promet d’être longue) de ce groupe si particulier.

 

Maddy Lefrançois
© photos : unknow / Quentin Renouf

Her : Facebook, Instagram, site officiel

This is not a love song : 250 Chemin de l’aérodrome, Nîmes
Facebook, Instagram, site officiel

Les Nuits de Fourvière : 6, rue de l’Antiquaille, Lyon 5ème
Facebook, Instagram, site officiel

No Comments

Post a Comment

7 + 2 =