Damoiseau : « Folie Gronde », un premier album poétique et éclectique

Depuis le 1er juin, « Folie Gronde », le premier album de Damoiseau, est disponible sur toutes les plateformes. Il n’en fallait pas plus pour que Kosmic parte à la découverte de ce groupe. Entre hip-hop, soul et poésie, les six membres veulent avant tout nous raconter des histoires. Et les faire vivre sur scène.


Damoiseau débarque sur les internets ! Le néo-groupe de musique vient de sortir son premier album le 1er juin sur toutes les plateformes. Cinq mois après la création du projet, les six membres dévoilent déjà un premier album. Une ascension ultra-rapide. «
Il y a un an et demi, j’avais commencé quelque chose avec deux autres personnes » nous raconte Arthur, le chanteur et parolier. « Mais c’est tombé à l’eau. J’avais déjà des textes et des idées d’ambiance. Je connaissais Flo le batteur et Antoine le guitariste. Je suis allé leur proposer et ils étaient chauds ! Du coup, on a décidé de tout réarranger de zéro. C’est parti comme ça. »

Pour compléter la formation, le trio était à la rechercher d’un claviériste, d’un bassiste et d’un saxophoniste. Un chemin à travers différentes jams sur Lyon les ont mené à rencontrer deux nouveaux membres. « J’avais croisé Joël (ndlr : claviériste) en premier. Quand je lui ai proposé, il m’a mis un vent et m’a dit qu’il n’était pas dispo », détaille Antoine, le guitariste. « Le lendemain, j’ai rencontré Bachir pour faire la basse. Lui, il était carrément chaud et m’a dit qu’il connaissait un claviériste. On a fait une répétition le lendemain et il nous a ramené… Joël (rires). C’était bien marrant ! » Avec Randy, un saxophoniste qui « avait pourtant arrêté mais qui a été tout de suite emballé pour venir », la troupe se retrouva complète. En plus, le nom était déjà là et amené par Arthur : Damoiseau. « J’adore le rhum Guadeloupéen du même nom et j’ai converti les autres (rires) ! »

https://www.facebook.com/damoiseau.juicers/videos/1995280870550843/


Un album composé et enregistré en cinq mois


La mayonnaise prend immédiatement. Les textes d’Arthur inspirent la troupe et le travail s’enclenche en un rien de temps. «
La première fois qu’on a joué tous ensemble, on a fait les bases de quatre morceaux en une aprèm » continue Antoine.  « Le feeling est tellement bien passé ! On a mis toutes nos idées, tous nos univers en commun et on est arrivé à ce qu’on voulait. On a été prolifiques tous ensemble. Finalement, en cinq mois, on a tout composé et enregistré. » Pour aboutir à un premier album « Folie Gronde », composé de huit chansons.

Alors Damoiseau, qu’est-ce que c’est ? Pour Arthur, « c’est toujours une question piège, car on n’a pas un style particulier. Mais notre ligne rouge, c’est les textes où l’on essaye de raconter des histoires. » Les paroles voguent sur des thèmes très actuels et en même temps cycliques. Dans cette production, « je parle de l’amour, peu importe ses facettes, mais aussi de l’injustice, de la diversité et de la perception de l’autre. Cela peut parfois être sombre, mais j’essaye toujours de mettre du positif dans les paroles, j’ai de l’espoir pour la suite. » Outre les thèmes, l’anglais et le français se succèdent sous la plume de notre artiste. « J’aime ces deux langues. Je suis plus précis avec le français car c’est ma langue maternelle ! Je trouve l’anglais plus mélodieux, donc je l’utilise plus pour les chansons chantés. Et le français, c’est plus rappé. »


Un melting-pot de styles musicaux

 

Quant à la mise en musique, elle a été faite autour des textes. « Arthur avait des idées d’intensité, d’ambiance. Sur « Jeune Noir » par exemple, il voulait que ça rentre dedans, que ce soit puissant. Du coup, on a mis une grosse guitare électrique, et deux accords, très simple et très puissant. Sur « The Deal », c’est de la soul épurée, avec des accords pas dissonants et des choses simples et jolies ». Des rythmiques différentes, des styles éclectiques, un melting-pot des univers de chacun, pour un album haut en couleurs ! Comment définir le style de « Folie Gronde » alors ? Chaque membre apporte ses influences rock, reggae, funk, classiques, mais aussi rap ou slam. Pour Antoine, ce mélange est une force. « Ce sont nos personnalités, notre musique. L’album est un puzzle. A la base, on n’avait que quatre morceaux, mais comme on a enregistré tout ça en live, c’est allé super vite et on a pu en faire plus. Et on a créé des liens entre chaque histoire. On ne voulait pas faire des montagnes russes. Si les gens écoutent dans l’ordre, il y a une cohésion, on retrouve les mêmes codes. »


Un nouvel EP pour l’hiver


Il y en a donc pour tous les goûts et pour tout le monde ! Entre les guitares soul, la batterie hip-hop, la basse bien droite et la voix qui s’amuse, l’album joue sur les émotions de chacun. Des sentiments qu’Arthur et sa bande vont maintenant vouloir retransmettre sur scène. «
La suite du programme, c’est les concerts. C’est ce qu’on a envie de faire. Vous pourrez déjà nous retrouver à l’ouverture de Jazz à Vienne le 29 juin. On a quelques autres dates de prévus pour l’été, mais on verra ça à la rentrée. Et on veut aussi faire quelques clips. »

Et un nouveau projet musical à l’ordre du jour ? « Bien sûr, on n’a pas attendu la sortie de l’album pour se remettre à bosser » s’exclame Antoine. « On a déjà cinq nouveaux morceaux, qu’on jouera d’ailleurs sur scène. Et puis, on retourne en studio cet été pour une sortie en hiver. Ça sera toujours sur les textes d’Arthur avec, cette fois, de la musique plus électronique. » Pour ce qui est des paroles, les thèmes resteront les mêmes, mais Arthur veut « imposer la drague cette fois ! (rires) » En attendant, laissez-vous séduire par « Folie Gronde » et l’univers nouveau de Damoiseau !


David Dufour

© pochette : Tanguy Hirigoyen
© photo corps de texte : Chrisimages

Damoiseau : leur Facebook, leur instagram 
L’album Folie Gronde : sur Deezer et sur Spotify

Jazz à Vienne : 21, rue des Célestes, 38200 Vienne

 

No Comments

Post a Comment

− 5 = 1