Cosmic Fields : du Psychédélisme à la genevoise

Dévalant à vitesse record la pente artistique locale, la rédaction à fait une halte inopinée chez nos voisins Suisses où elle a fait la rencontre de Cosmic Fields. Aussi psychédélique qu’envoutant, le trio genevois nous a directement transporté dans son univers intersidéral.

 

Mesdames et messieurs (ladies and gentlemen), veuillez attacher et ajuster votre ceinture auditive. La compagnie Cosmic Fields est heureuse de vous accompagner durant votre voyage au sein de son vaisseau spacio-musical. En vous souhaitant un agréable séjour en plein coeur des étoiles, laissez vous donc bercer par l’histoire d’un groupe aux sonorités planantes et hypnotisantes.

Voila deux ans maintenant qu’Alain, Albert et Sebasto, amis depuis l’adolescence et véritables férus de musique, ont décidé d’unir leur impétuosité d’artiste pour former Cosmic Fields : « On se connaissait depuis le collège », se confie Albert, « On a remarqué qu’on avait tous un interêt musical assez prononcé, du coup on a voulu mettre tout ça en forme en créant un groupe. On est passé par pas mal d’étapes. On a notamment eu une phase très hip/hop. On a énormément travaillé avant d’évoluer et d’aboutir à ce qu’on représente maintenant ». Aujourd’hui, c’est sous un format psychédélique porté par les mouvances 60/70 que le trio se dévoile à visage découvert.

 

cosmic-fields-imageEntre sincérité et nostalgie

 

Orbitant entre spirales enivrantes et rifs spatiaux-temporels, le trio joue des harmonies entre les sons nostalgiques du synthétiseur et une signature vocale astralement saturée. Avec le souhait d’insuffler une seconde jeunesse à la période bénite des sixties/seventies, ces jeunes artistes introduisent également du registre pop dans chacun des morceaux que composent leur premier album éponyme (sorti en septembre dernier). Repérés et révélés par le label Pop Club Record, ils ont emmené cette production dans une dimension « Revival » qui se plait à dialoguer avec la modernité. Prônant avant tout le plaisir de jouer ensemble, ils défient les lois de l’attraction commerciale en faisant de leur musique un partage essentiel et authentique. « On ne fait pas tout ça principalement pour être vendu. En tant que groupe indépendant, on cherche évidemment à se faire connaitre mais l’essentiel est de transmettre ce qu’on ressent quand on joue. C’est pour ça qu’on privilégie l’aspect personnel de nos titres. On ne se dit pas « on va écrire une chanson sur telle où telle chose pour que ça marche ». On fait plutôt ça au feeling de manière à ce que ce soit le plus sincère possible ». A travers des ritournelles piquantes aromatisées aux textes spontanés, les Cosmic Fields imposent ainsi une atmosphère colorée enfumée par le fantôme d’une époque remise au gout du jour.

Avec un deuxième album en pleine préparation, ces trois grands suisses ne vont pas s’arrêter en ci bon chemin. Au début d’une histoire pleine de rafales mélodieuses, ils se préparent à graviter autour des cimes du gratin alternatif. Dans un savant mélange psychédélique relevant de la folie, ils comptent faire de leur champs fantastiques une contrée musicale céleste.

 

Aviva Nakache

 

Cosmic Fields, les Membres : Albert (chant, guitare), Sébasto (clavier, choeurs) et Alain (batterie)

Leur page Facebook ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

 

1 Comment

Post a Comment

− 1 = 2