Dans une embardée musicale, la rédaction se la joue NOS-TAL-GIE et vous propose une petite rétrospective du festival Woodstower : c’était il y a un mois, il faisait encore beau  (tristesse) et tous les artistes présents étaient chauds ! Dans le lot, Kosmic a trouvé son pesant d’or en tombant sur une jeune artiste à l’univers disco bien prononcé : Corine.


C’est dans ces moments qu’on peut se dire que faire du neuf avec du vieux, c’est pas une si mauvaise idée. Et bien, pour Corine, c’est même d’une simplicité enfantine. Du haut de sa crinière de boucle d’or version « femme fatale », la jeune artiste pratique le crawl dans la vague « old school » depuis son plus jeune âge :
« Tout ça vient de mon enfance » se confie-t-elle, « il y’a d’abord eu le jazz grâce à mon frère qui était dans ce style. Ensuite je me suis mise à écouter des artistes de l’époque : Herbie Hancock, Diana Ross… ». Des influences musicales qui lui ont par la suite permis de se façonner un univers bien à elle, révélant également le côté nocturne de sa personnalité : « Je suis quelqu’un qui adore danser, je suis un peu comme un oiseau de nuit (rires). Il me fallait vraiment un projet où je pourrais m’éclater, bouger… Ça fait partie de moi, du coup tout est venu assez naturellement ».

Insufflant une seconde jeunesse aux folies disco des « feu » années 70, elle se plonge dans un personnage décalé incarnant une icône sensuelle et sexy sans jamais entrer dans la vulgarité : « Le but, c’est que les gens comprennent le message que je veux véhiculer : je suis une femme, j’ai un corps et je l’assume. Je suis loin des Miley Cyrus ou autres… J’ai vraiment envie de transmettre quelque chose de positif. Bien sûr, j’ai déjà eu droit à des commentaires de personnes choquées mais pas tant que ça et j’ai été surprise. Je suis heureuse que la majorité comprennent qu’il n’y a pas du tout de vulgarité dans ce que je fais ».


Femmes, je vous aime


Entourée de cinq musiciens triés sur le volet, Corine a marqué les esprits avec la sortie de son premier EP « Fille de ta région » en Décembre dernier. Porté par le single désormais connu « Pourquoi pourquoi ? », cet opus est inspiré de sonorités groovy soulevées par des textes éclectiques tournés dans une même direction : l’Humour.
« C’est vrai que je parle souvent du quotidien mais avec une sorte de légèreté et même de l’ironie. Quand on compose, je cherche toujours des mots mélodiques. Dans les compositions, il y a aussi ce côté hommage aux femmes des années 60 comme Brigitte Bardot, par exemple. Cette femme avait un air qui me fascine depuis toute petite. Cet air de minauder et de parler du quotidien de façon extrêmement dramatique et sensuelle. Il y a des femmes comme ça qui m’ont toujours marquées. De manière général, ce que je veux transmettre, c’est d’endosser à fond sa féminité et faire une pied de nez à tous les codes » .

Avec des projets plein la caboche, notre pimpante jeune femme n’en finit plus de fouler les planches. Elle prévoit d’ailleurs de faire une halte chez ses « p’tits bouchons » ce samedi 30 septembre. Et oui, vous l’avez compris, elle s’arrêtera dans notre région lyonnaise pour envoûter la scène du Sucre et sa célèbre session « Garçon Sauvage ». Alors, envie d’un charmant voyage musical et temporel à bord de la navette Corine ? Pourquoi pas après tout.


Aviva Nakache
© Crédit Photos : Inès Bourgeois


Le Sucre : 50 quai Rambaud 69002 Lyon