Chromatik : le syndrome jazz/hip-hop

En cette fin de période présidentielle, la rédaction met de côté son devoir de citoyen pour se tourner vers ce qui lui plaît (ça tombe bien, « Au mois de Mai… » vous connaissez la suite) : partir à la recherche de découvertes artistiques. Pour ça, Kosmic s’est aventuré chez nos compatriotes parisiens et s’est épris d’un groupe valsant entre hip-hop, jazz et soul : Chromatik.

 

Ah Paris… donne-nous tout ce que tu veux ! Au milieu de tout ce que regorge notre divine capitale hexagonale, la scène indépendante se forge une place de haut rang (et non pas d’Alexandrie) et nous livre occasionnellement quelques grands crus artistiques prêts à tout dévaster sur leur passage. Parmi eux : Chromatik. Sept acteurs drogués à la mélodie, fouleurs de scène professionnels et unis pour le meilleur et le meilleur depuis début 2014. Tous sortis d’écoles de musique et autres conservatoires, ils ont ainsi décidé de marier leur ardeur et leur talent en édifiant un groupe au brassage tumultueux d’influences musicales (hip-hop, jazz en passant par la soul) avec un seul mot d’ordre : groover !

En s’inspirant des univers de chacun, ils offrent une palette sonore éclectique à leurs compositions, le tout consolidé par des textes élaborés par Léo (Hi LeveLz), MC du groupe. « Pour les paroles, il n’y a pas de thème qui est fixé avant » se confie-t-il, « je pars sur ce qui va m’inspirer sur le coup. J’essaie toujours de faire en sorte que ce soit lié aux voyages, aux paysages d’histoire, pour que les textes représentent plus des scénarios. Je ne veux pas que ce soit du rap en mode ego-trip (rires). »

 

Du Hip-hop en jazz

 

Fort d’une base hip-hop (rythme conduit par du rap et du chant) à couper le souffle, ils complètent leur équilibre artistique par une section cuivre de manière à être en harmonie avec l’identité « Urban Jazz » qu’ils se dessinent depuis leurs débuts. Un métissage instrumental et vocal qu’ils ont su développer et faire évoluer au fil de leurs deux productions : « Zawichick » (2014) et « COLORS » (2016)*. « Il y’a beaucoup d’influences d’un morceaux à un autre » explique Carl, guitariste du groupe, « Notre premier EP était plutôt funk, le deuxième plus axé sur de la soul. Mais on reste avant tout dans une lignée très hip-hop. On a pas vraiment d’étiquette car on essaye de s’adresser à un public assez large. »

En voulant réunir un maximum de monde, notre belle cabale enfile une double casquette qui les amène comme un cheveux sur la soupe entre la scène indépendante et le mainstream : « On essaye de faire quelque chose pour les gens qui aiment réellement écouter de la musique. Ce n’est ni commercial, ni totalement underground… On travaille vraiment sur quelque chose qui nous plaît sans que ce soit spécialement fait pour vendre. On met beaucoup de passion dans ce qu’on fait pour apporter plein de couleurs différentes au projet ». Dans cette constante dynamique fédératrice, Chromatik se démène actuellement dans la création d’un troisième opus. En attendant ce futur bébé, vous pouvez d’ores et déjà venir les voir sur scène. Rendez vous donc ce 19 mai à Igny (91) pour l’Hybride Festival ! Nos artistes nous promettent un show du tonnerre ou vous pourrez vous évader au rythme de leurs flows, leurs sons, et bien sûr, leur groove.

 

Aviva Nakache

 

*Pour l’EP « COLORS », le groupe a fait appel a la chanteuse Ann Shirley

Chromatik – Les Membres : Hi LeveLz (MC), Carl Egger (Guitare), Maxime Degeuser (Saxophone Tenor), Lucas Degeuser (Trompette), Sarkis Ricci (Clavier), Teddy Toursière (Basse) et Hugo Pollon (Batterie).

Sika Deva participe également à l’aventure Chromatik en tant que MC Guest.

©Victor Debordes

Leur page Facebook ici
Leur site internet ici
Ils ont aussi des chaines Youtube et Soundcloud

Hybride Festival : Chemin du Picotois, 91430 Igny

 

No Comments

Post a Comment

25 + = 35