Camille Arnaud : entre immensité et paysages renversants

A l’heure où le monde est en plein exode artistique, voilà que Kosmic a su déniché une petite perle au fin fond du panier. Photographe aguerrie et baroudeuse à ses heures perdues, Camille Arnaud nous emmène, du haut de ses 22 ans, en Islande.

L’ambition de Camille, n’est pas seulement une envie de prendre quelques clichés de son voyage. Il y a derrière tout ça un engagement et une réflexion sur la photographie. « Ce que la photographie reproduit à l’infini n’a lieu qu’une seule fois  » . (Roland Barthes). Camille Arnaud nous donne à voir cet instant, seule face à l’immensité de l’Islande. Elle choisit, pour cette exposition, d’aller encore plus loin, en laissant cette intensité visuelle hors cadre.

C’est la tête pleine de projets qu’elle met un pied (et son corps tout entier) en territoire islandais en novembre dernier. Ah l’Islande… connue pour ses paysages renversants et l’éruption du non des moindres volcans Eyjafjallajökull (à vos souhait) en 2010, cette contrée est une véritable pépinière d’images à moissonner. Armée de reflex argentique et numérique et d’imagination pétulante (pas plus, pas moins), Camille nous confie son sentiment de petitesse face à la grandeur des paysages Islandais. Son désir, à travers ses images, est de montrer aux curieux la force évocatrice de ce pays à la grandeur sublime : «  J’aimerais vraiment pouvoir retranscrire ce sentiment d’immensité que m’ont offert ces décors islandais, cette sensation de faiblesse face à la nature. Que les personnes qui regardent mes photos perçoivent ce même sentiment d’évasion que j’ai pu éprouver lors de ce voyage. De même que la douceur de la lumière qui magnifie cette terre brute où se confrontent avec force le feu et la glace  » .

Les éléments naturels ont le pouvoir

Volcans, glaciers, geysers, sources chaudes en passant par les cascades : toutes une ribambelle d’éléments naturels qui ont pu faire potasser notre photographe :  » Je voulais que mes images puissent sensibiliser les gens réceptifs à un monde en harmonie avec la nature, qui la respecte : spécificité du peuple Islandais qui, à mon sens présente une humilité sans égale face aux éléments environnementaux  » .

Tout juste au-dessus de la vingtaine et la voilà qu’elle se maraude du talent et une conscience écologique, que demande le peuple ! Sa vision photographique s’inspire également des plus grands.  » J’ai de nombreuses références : le photographe chinois Fan Ho, par exemple. Pour la composition de ses images et l’atmosphère qui s’en dégagent. J’apprécie également le travail de l’artiste français Brice Portolano, notamment avec ses nombreux reportages sur des pays étrangers tels que la Norvège où l’Alaska  » .

A travers son parcours et son voyage, Camille veut combiner différentes approches pour figer des images prises sur le vif, en gardant constamment en tête le souci de la composition. En plus d’être photographe, Camille Arnaud est aussi graphiste (en auto-entrepreneur). Cette double casquette peut se comprendre par la composition de ses images. Pouvoir approcher des milieux nombreux et variés, témoigner d’un savoir faire, mettre en lumière un événement ou encore capter des moments de vie : telle est sa conception des choses.

Venez donc faire un tour au Crock’N’Roll St Paul du 6 septembre au 5 octobre 2015 : elle y déroulera en exclusivité son périple islandais. En voilà une nouvelle qu’elle est bonne !

Aviva NAKACHE

Crock’N’Roll St Paul, 6 rue Octavio Mey (Lyon 5e)
Page Facebook de l’artiste : Camille Arnaud

Camille nous raconte le coup de coeur de l’expo : « Nous étions en voiture vers l’est de l’île en direction du fameux lagon de Jökulsárlón, formé d’année en année par la fonte du glacier Vatnajökull, le plus grand d’Europe! Nous nous sommes arrêtés simplement et j’en ai profité pour réaliser quelques images contempler les paysages. Je me souviens encore de la puissance du vent qui m’empêchait d’avancer. Je retournais à la voiture quand la scène s’est composée devant moi. J’ai alors sorti les mains de mes poches, fait les quelques réglages sur mon appareil, pour capturer ce moment symbolisant les nombreux kilomètres que j’ai parcourus lors de mon voyage. »

1 Comment
  • David Florence

    11 septembre 2015 at 17 h 41 min Répondre

    Super bien écrit, donne envie d’y faire un tour

Post a Comment

+ 21 = 31