Cadavresky Logo

Cadavresky : le streetwear trippé et engagé

En attendant l’ouverture du prochain Urban Art Jungle Festival #4 de Superposition, la rédaction élargi un peu plus ses horizons en s’orientant du côté des jeunes créateurs de notre belle ville. Charlotte ouvre ce tout nouveau chapitre du récit Kosmic en nous aiguillant sur son parcours de styliste et le développement de sa marque de vêtements, Cadavresky.


La renaissance de la matière


Derrière Cadavresky se cache Charlotte Abalé Gnahoré. Après des études de stylisme et modélisme, elle parcourt les rues londoniennes et y fait des rencontres qui inspireront beaucoup son travail. L’idée de Cadavresky lui est venu de son expérience professionnelle à Goodone, une marque de fringue anglaise qui crée ses vêtements à partir de matériaux de récup : « J’ai réalisé que c’était possible de faire marcher sa boite avec uniquement du textile recyclé ». Ni une ni deux, elle tente sa chance et s’installe à Lyon pour pouvoir se consacrer entièrement à sa marque qu’elle nomme Cadavresky en hommage aux surréalistes dont elle s’inspire.

Depuis, elle investit dans un espace situé vers Perrache (Lyon 2e) qu’elle a meublé et retapé toute seule : « Je l’ai aménagé avec ce que j’aime. Toutes les structures sont faites avec des palettes que j’ai récupérées et j’ai même un lit de prisonnier qui me sert de commode. Je me dis que dans un autre environnement, ça peut peut-être changer le karma ! (rires) » En évoluant dans les milieux urbains, la créatrice constate le foisonnement de déchets lié à la surconsommation d’où son désir de retrouver une utilité à ce qui est déjà là. Elle porte par ailleurs un regard quelque peu sentimental sur les vieux objets : « Mon travail consiste à s’interroger sur le passé et comment on peut l’intégrer dans le futur. Pour moi, ce n’est pas parce qu’un objet est dépassé qu’il est forcément mort et ce n’est pas parce qu’il est cassé qu’il faut le jeter. ».

Charlotte et son projet "In the Wool for Love"L’environnement urbain comme inspiration artistique


Elle développe maintenant son projet “ In the Wool for Love ” qui constitue une collection de pièces uniques de vestes faites à partir de couverture en laine. L’idée générale est de se servir du vieux couvre-lit fleuri de mamie et d’en faire un gilet mout-mout ultra tendance. De surcroît, Charlotte aborde en sous-main certains sujets délicats de notre société « Au début de l’hiver, je commençais à voir des sans-abris avec de grosses couvertures et, même si c’est perçu comme un objet du quotidien, il n’empêche que c’est très inhérent dans la ville et on a tendance à oublier que la misère est très présente dans nos rues. » Ainsi, en tant que marque de streetwear, Cadavresky s’inspire de certains thèmes propres à la vie urbaine en arborant des pièces avec des matières qui tentent de rappeler cet espace.

Depuis son arrivée dans la métropole, la créatrice a l’ambition de faire un peu changer les mentalités à sa manière : « Lyon est une ville très bourgeoise et classique qui n’est pas assez ouverte vers l’extérieur. La mode pour moi c’est plus qu’un choix de consommateur, c’est aussi une éducation ! Mon but c’est d’ouvrir les gens à ce qu’ils n’ont pas l’habitude de voir et de montrer ce qu’il est possible de faire avec des matériaux de seconde main. » Même s’il est difficile de faire sa place en tant que jeune créateur dans la capitale des gaules surtout avec un concept aussi atypique que le sien, Charlotte constate que la ville témoigne d’un intérêt progressif pour le style urbain. En parallèle, la nouvelle génération, sans cesse baignée dans le partage notamment grâce à internet et aux associations culturelles, est de plus en plus apte à s’entraider et à collaborer pour des projets.

En ce qui concerne Cadavresky, notre artiste est en pleine préparation de projets pour l’hiver et l’été dont certaines pièces seront déjà disponible en exclusivité au stand de l’Urban Art Jungle Festival (vous pouvez également la retrouver dans un atelier artistique tout public). Son nouveau site internet sera bientôt mis en ligne avec l’intégralité de ses créations réunies dans le catalogue, restez à l’affût !


Alice Creusot

© Maddy Lefrançois


Références :
Cadavresky : les pages facebook et instagram
e-shop : http://www.cadavresky-shop.com/
Nouvel e-shop (en maintenance) : http://cadavresky.com/
Magasin :  2 quai de Perrache 69002 Lyon

Urban Art Jungle Festival #4 au Croiseur : 4 Rue Croix-Barret, 69007 Lyon
Superposition : leur page Facebook et leur site internet

No Comments

Post a Comment

80 − = 73