Bout-à-Bout : tous embarqués dans le même scénario

Kosmic se remet doucement mais sûrement de ces fêtes de fin d’année ! Pour digérer dindes et autres mets à faire exploser n’importe qui, la rédaction change d’angle de tir en s’attaquant à un collectif issu du noble septième art (le cinéma, au cas où) : Bout-à-Bout.


Tout le monde en place eeeet … ACTION ! (à ce qu’il paraît, ça fait plus vendeur comme ça.) Prenez une promotion d’élèves aux rêves de grandeur et de réussite, ajoutez-y quelques projets fous et ambitieux et BIM, Bout-à-Bout pointe (le bout de) son nez. Voilà l’histoire résumée des 39 bouts-en-trains (on espère que vous kiffez l’enchaînement de vannes) de dernière année du Centre Factory (Villeurbanne). Pour aller plus loin, cette joyeuse clique a eu l’idée de créer un collectif afin de pouvoir réaliser douze desseins prévus pour un rendu de fin d’études : « Bout-à-Bout réunit toutes les divisions de l’école » se confie Arthur, étudiant en section comédien-créateur. « Cela comprend les comédiens, les réalisateurs, les monteurs, les chargés de production et une plasticienne. Si on additionne tout, il y a huit court-métrages de fiction, un stop-motion, deux spectacles vivants et une web-série documentaire ».

Au milieu de tout ça, ils ont ainsi, en unissant leur forces, leurs talents et leur moyens, décidé de mettre en avant la cohésion de groupe et le partage. Une grande première dans l’histoire de Factory : « A la base, on pouvait chacun aller chercher des financement pour nos projets respectifs, mais on a préféré se mettre tous ensemble. Chaque année depuis dix ans, ça retombe dans l’égo-trip du « Je fais mon film ». C’est pour ça que la notion de collectif est importante : non pas parce qu’on peut avoir beaucoup d’argent mais parce qu’on est ensemble et que ça nous soude pour la suite, quand on entrera dans la vie active des intermittents. On a une peur et une envie commune de réussir, du coup on se serre les coudes même si parfois on ne peut pas se piffrer (rires) ».


Un pour tous, tous pour un


A travers une eurythmie palpable, le plus difficile à trouver reste les sources de financement. Pour remédier à ça, Bout-à-Bout pose les petits plats dans les grands en mettant tout en oeuvre pour le bon déroulement des opérations : « On cherche, entre autres, du mécénat auprès des entreprises ou même des gens qui souhaitent faire un peu de défiscalisation sur leurs impôts » enchaîne Jocelin, étudiant en montage et effets spéciaux. « À côté de ça, on a lancé une campagne de crowdfunding* où l’on a demandé 30 000 euros. C’est une somme incroyable mais on sait que certains projets seront amenés à couler s’il nous manque cet argent. Sans ça, on ne fera rien. On a déterminé que l’union faisait la force donc on marche ensemble et on crève ensemble. C’est le gros risque de l’année ! (rires) »

Leur campagne finissant le 31 janvier, les étudiants visent aussi un peu plus loin (et un peu plus près des étoiles) dans les capacités de rentrées d’argent, avec notamment la possibilité d’organiser un concert : « On cherche tous les moyens pour récupérer ce qu’on peut. Là, on a pensé à un concert parce que dans le milieu du cinéma, on fait toujours la fête à la fin d’un tournage. Ca nous permettra de célébrer ça mais aussi de rembourser une part des frais engagés ». Et au-delà du côté financier, il y’a aussi l’aspect humain et solidaire qui touche de près nos artistes : « Quand tu vois autant de monde qui te soutient, certains peuvent dire utopie et même idéalisme, mais nous, on trouve ça trop badass ! (rires). Le mieux, c’est quand tu cliques sur les commentaires laissés par des gens et que tu vois les messages les plus choupis du monde. On trouve ça fantastique et ça fait du bien ! » Vous l’aurez donc compris, le collectif a besoin de toute votre  » choupi attitude « . Pour les soutenir c’est aussi simple que bonjour, suffit de suivre les indication sur leur page Ulule. Alors, envie d’être aux premières loges quand les douze projets seront mis Bout-à-Bout ? Pour nous chez Kosmic, c’est un grand OUI !


Aviva Nakache

 

Bout-à-Bout : pour les aider, c’est par ici
Leur page Facebook ici
Leur site internet ici

*Connu aussi sous le nom de « Financement participatif », le crowdfunding fait appel au soutien économique et monétaire de toute personne souhaitant participer à l’élaboration d’un projet.

Centre Factory : 26 Rue Emile Decorps, 69100 Villeurbanne

© crédit photo : Bout-à-bout

No Comments

Post a Comment

49 − = 43