Valsant de parts en parts dans un monde en plein essor artistique, Kosmic s’est amouraché d’un groupe surfant sur le flot pop/electro/rock : Big Junior.


Tout a commencé un beau jour (ou peut-être une nuit). Formés au prémisses du printemps 2015, les Big Junior découlent de l’union non-officielle et équivoque de deux membres du groupe Hokins (Adrien et Johan) et deux autres des Welling Walrus (Mathieu et Richard). Un coup de foudre humain et musical qui les propulse aujourd’hui sur un courant « Hip-Wave » (selon leurs dires). Une catégorie alambiquée qui réunit esthétiquement tout un panel de styles musicaux : de l’électro planante au hip/hop urbain, en passant par de la pop onirique et du rock endiablé. Un brassage insolite sacrément attrayant : « On en avait assez de la pop aérienne, comprimée …», se confie Mathieu, chanteur des BJ, « On constate que tout le monde s’est assagi un peu. Ce qu’on veut maintenant, c’est faire ressortir l’énergie des styles infernaux qu’on pouvait avoir avec des groupes comme Klaxons, Late of the Pier ou même les Strokes. En y ajoutant notre patte, on s’est dit qu’on voulait faire du Rock’N’Roll qui fasse bouger les fessiers (rires) ».

Avec un nom courtisant l’oxymore (deux mots opposés l’un à côté de l’autre, pour les plus ignares), les Big Junior se revendiquent « petits mais costauds » : « On voulait un truc qui sonne bien et qui soit facile à retenir. On vient de Lyon et il faut avouer que cette ville est petite quand on la compare à la grande parisienne. On est fier d’où l’on vient et on veut prouver qu’on peut y arriver avec un minimum de moyens. On est des Juniors mais on va tout faire pour devenir Big ».

La folie des grands soirs


L’envie commune qui les maintient sur les rails se base sur l’influence des idées de chacun. Plus qu’une entente, une véritable cohésion de groupe. Suivant une ligne directrice bien précise, ils exercent un travail de titan en définissant leur identité non pas à travers un ton musical en particulier, mais plutôt via un état d’esprit. C’est donc avec une dynamique positive constante et des textes plein d’espoir qu’ils revendiquent leur aspect fédérateur un peu barré :
« On a un réel souhait de partager, de rassembler et de faire sortir les gens du nombrilisme qui empoisonne le quotidien de chacun. On nous voit déjà comme une petite fratrie, un bel union. Le message qu’on veut transmettre aux personnes qui nous écoutent, c’est de favoriser l’entre-aide plutôt que le chacun pour soit ».

Avec des sonorités électroniques psychées un poil délurées, ils brisent les codes en s’aventurant sur des chemins hétéroclites singulièrement déconcertants. Un seul but, disloquer la monotonie environnante à travers une énergie éperdument assumée : « Aujourd’hui, il y’a de bonnes idées qui sortent de la musique actuelle », nous livre Johan, batteur du groupe, « le problème c’est que ce n’est jamais vraiment endossé, ça manque de patate ! (rires) Ce qu’on voudrait, c’est sortir du moule en signant un changement par rapport à tout ce qui a déjà été produit. On se retrouve avec exactitude sur la tangente entre le son électronique et les musiques acoustiques qui ont été faites avant ». En sortant des sentiers battus, les quatre compères déversent à leur manière la folie qui sommeille en eux et offrent au public une claque musicale (même si la violence ne résout rien) saisissante comme on les aime. Une gifle que vous aurez tout le plaisir de prendre ce jeudi 18 février au Sirius pour la « Release Party » du groupe, qui fêtera, dans les règles et en bon et due forme, la sortie de son premier EP « Snii » : They need you to get bigger !*

 

Aviva Nakache

 

Big Junior, Les Membres : Mathieu Rothwiller (chant), Adrien Mermet (guitare), Johan Putet (batterie), et Richard Couston (basse, synthétiseur)

*Need you to get bigger ! (besoin de vous pour devenir grand) : plus qu’une devise, leur cri de rassemblement. 

Leur page Facebook ici
Ils ont aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

Le Sirius : 4 Quai Victor Augagneur, 69003 Lyon