Alors que les joies de l’hiver commencent sérieusement à se manifester, Leïla Huissoud revient avec son deuxième album. Toujours armée de sa gouaille et de son timbre reconnaissable entre mille, la jeune artiste nous offre 12 titres magnifiquement interprétés.

« Auguste c’est le clown avec le nez rouge » selon Leïla. C’est aussi le nom de ce deuxième album co-arrangé avec Simon Mary. Composés en guitare/voix, les 12 morceaux ont été métamorphosés. Le résultat recherché est là, une mise en musique d’un numéro un peu bancal mais sincère, où on en prend plein les yeux. Un vrai « numéro de cirque, avec des paillettes… Mais rouges ! »

Subtile mélange entre modernité et authenticité, Leïla prouve là encore qu’elle en a dans sa caboche. Même si la sobriété et la minutie ont fait leurs preuves lors de la composition, concentrons nous sur ces arrangements d’une vraie finesse. Mention spéciale au titre « Auguste » où chaque note déclenche une dose d’émotion chez l’auditeur.trice que tu es. Ce disque, c’est un peu une salle une ambiance. Entre jazz manouche coloré ( « La Farce » , « Ecrit d’Invention » et « Le Vendeur de Paratonnerres » ) et manifeste typé Piaf (« Caracole »), on déniche quelques comptines que l’on devine autobiographiques : « Chianteuse » et « Les Tours de Rond Point ». A noter la précieuse participation de Mathias Malzieu sur « Un Enfant Communiste » qui vient asseoir la maturité de ce LP. On retiendra aussi la jolie ballade « Lettre a’ la Suisse » où l’on redécouvre l’incroyable sensibilité de cette voix feutrée. La rencontre avec Auguste sera sublimée en live. Accompagnée de deux nouveaux musiciens, Leïla a fabriqué un véritable spectacle. A voir sur scène partout en France !

Samuel FERREIRA