Ce lundi 5 juin de l’an de grâce 2017 partait pour être calme : en famille à la campagne (note : avec un âne, deux teckels et plusieurs poules). Tu essayes d’oublier le fait que tu vas rater Arcade Fire en concert ce soir aux Nuits de Fourvière… Comme un énorme blaireau, tu as attendu pour prendre ta place, et celles-ci sont parties en moins d’une heure sur l’internet mondial. Et là, un coup de fil, ou plutôt un appel divin : ta vieille pote, la belle et douce  Eleonor Hodson t’appelle pour te dire qu’elle a une invitation pour toi… Après un infarctus du myocarde couplé d’un AVC, tu lui promets d’être le parrain de ses enfants sur plusieurs générations et fonce vers un mauvais bus régional qui te ramènera vers la civilisation et la culture : Lyon et les Nuits de Fourvière…


De l’Empire romain aux concerts contemporains

 

Par le biais du lent funiculaire F1, tu arrives au théâtre antique de Fourvière précisément à 19h43. Tu vas récupérer ton invitation et te voilà déjà dans une de ces situations embarrassantes de type : assister à un concert tout seul… Ta pote étant retenue par le festival, te voilà esseulé, à devoir attendre 21h pour le début de la musique. Tu pars donc te balader dans ce site historique. Ton statut de lyonnais et ta connaissance de la ville te rappelle que tu es dans un théâtre qui a été fondé sous l’empereur romain Néron à la fin du 1er siècle après J-C (merci Wikipedia). Ces vieilles pierres, vieilles colonnes te font sentir comme Russel Crowe dans Gladiator, sauf que tu as troqué ton glaive pour une bière ambrée. Tu te poses donc en haut du site en admirant le sublime Lugdunum au soleil couchant. Même seul, ta cité est toujours là pour te donner le sourire.

De son côté, le Festival Les nuits de Fourvière est une institution lyonnaise qui a commencé en 1946. Des légions d’artistes s’y sont produites. Tu y es déjà allé plusieurs fois : Kasabian en 2012, Iggy Pop en 2015. Tu sais à quel point les spectacles sont endiablés et finissent par les célèbres lancers de coussins ! Ce qui est intéressant c’est qu’au-delà de la musique, tu peux assister à du théâtre ou encore des spectacles comiques (Laurent Gerra en 2017, oui magueule tu peux vérifier asap) ! Tu y étais également quand les intermittents du spectacle se battaient et étaient soutenus par Bernard Lavilliers sur scène ! Cet événement est magnifique et bourré d’histoire, tu es donc ravi d’y retourner. Arcade Fire va déchaîner la plus belle colline de Lyon (et donc de l’univers), ce soir dans l’amphithéâtre de Fourvière.


L’embrasement de Fourvière

 

Après avoir joué les Stéphane Berne dans « Secrets d’histoires » , il est temps que tu te foutes au boulot ! Tu te diriges vers la fosse du théâtre romain pour voir la première partie : Barbagallo. Alors si tu as bien compris, c’est le nouveau projet du batteur de Tame Impala… Ça te fait une belle jambe (un peu comme quand ton beau frère par alliance te parle de son métier à la mairie durant le repas d’un mariage de province). Tu écoutes donc l’artiste en souriant poliment (en rêvant malgré tout d’un meilleur interlocuteur), et comme dans tout mariage, les gens deviennent souvent sympathiques avec du temps ! Ce rock progressif est vraiment pas mal ! Fait marquant : Barbagallo chante en français ! Cet australien vit à Toulouse et a tenu à chanter dans la langue de Molière : ton côté chauvin baguette-pinard apprécie l’effort. La première partie finie, c’est l’heure de l’entracte et tu vas, comme tout bon fan boy qui se respecte, acheter un T-shirt du groupe qui t’a fait accourir ce soir : Arcade Fire

Cette formation canadienne est vraiment particulière : en une dizaine d’années et quatre albums, ils ont acquis le statut de groupe mythique. Sérieusement, depuis le premier opus, « Funeral » en 2004, une sorte de religion s’est créée autour du groupe, de son univers sombre à ses spectacles hallucinants. Bref. Tu pensais reprendre une bière mais en fait non : ici les lumières s’éteignent, l’entracte est finie, le public hurle, l’arcade va enfin prendre feu.

Le groupe commence par leur nouveau single « Everything Now ». Cette intro annonce déjà un concert de folie. Derrière le groupe, un mur d’écrans diffuse les images marquantes des clips mais aussi des visuels connus, accompagnant parfaitement chacune de leurs musiques. Win Bulter mène le concert avec passion, le public suit aveuglement chacune de ses paroles. Quand il entame la mythique « No Cars Go », tout l’amphithéâtre s’embrase : nous décollons tous vers une terre sans voiture, sans avion et sans relous glutten-free. Ton plus beau souvenir sera quand « The Suburbs » a été joué : c’est pour toi la plus belle balade rock de ces 20 dernières années. Ici, le chanteur entame une version plus acoustique et plus calme que la version studio, qui a littéralement emporté tout le monde dans son univers beau et mélancolique. Eleonor, la relève de Saint-Pierre, te rejoint même pour la fin du concert ! Tu chantes et danses avec elle, t’es pas sur que ça suffise, mais tu lui dit encore un grand merci !

Epilogue

 

Il est minuit, le concert se termine après un rappel incroyable. En descendant la colline de Fourvière par les rues pavées et les traboules, tu te remets l’album « The Suburbs » dans les oreilles pour que le concert ne touche pas à sa fin. Tu as pris une claque monumentale ce soir. Quel cadre magnifique pour un concert. Tu comprends donc pourquoi les Nuits de Fourvière attirent tant le public. Tu vois qu’une légende s’est créée autour d’Arcade Fire. L’énergie et la passion que dégage le groupe sur scène est hallucinante : une atmosphère unique émane de leur spectacle. Flûte ! En voyant que ma majoration Uber est telle que tu devras hypothéquer ta maison sur 10 générations, tu te rabats donc sur un Vélov pour regagner ta couche, mais ce n’est pas grave.  Même si cela n’a aucun rapport, tu te fais la réflexion que tu vas réécouter chacun de leurs albums en boucle, 7 jours sur 7, 24h sur 24h, 60 secondes par 60 secondes, jusqu’à la sortie du nouveau « Everything Now » le 28 juillet prochain. Merci Fourvière, merci Arcade Fire !

 

Vladimir Colovray

 

Les Nuits de Fourvière
Leur page Facebook ici
Leur site internet ici

Arcade Fire
Leur page Facebook ici
Leur chaine Youtube ici

© Crédit photo : Loll Willems