« À distance égale » : le nouveau clip tendre de Tom Bird

Faites place à une nouvelle pépite Kosmic ! Après un EP en 2016 et un prix du jury au tremplin A Thou Bout d’Chant, Tom Bird revient en ce joyeux printemps 2018 avec un nouveau single intitulé « À distance égale ». L’artiste se dévoile dans un clip tout en jolis mots, en symétrie, et en contraste.

 

Tom Bird, c’est de la guitare, du piano et des textes en français. Une plume qui vient chatouiller la sensibilité de ce qui l’entoure. Tom Bird, c’est aussi de la mélancolie, de la douceur et quelques notes d’humour. Sa page Facebook nous dit qu’il est né en septembre 2015. Mais c’est en 2016 que le chanteur a sorti de son nid (et sur internet) le bout de sa guitare. Un EP appelé « Le cri du silence » plus tard et le voilà vainqueur du prix du jury au tremplin A Thou Bout d’Chant. Un bel atterrissage sur la scène lyonnaise. Et puis voilà qu’à l’orée du printemps 2018, après quelques concerts et autres facéties, les jumelles de Kosmic ont capté la nouvelle migration du garçon. Cette fois, ces ailes se sont posées sur un piano pour nous concocter le single « A distance égale ».

Un clip sous influence Wes Anderson.

 

Et pour nous montrer sa mue, quoi de mieux que de la mettre en image. Réalisé par Florent Carbone de La Paire de Cerises (à qui on avait parlé de « Bleu », le clip d’ANGL, qu’il avait fait), le clip nous fait découvrir un univers très droit et symétrique, mais rempli de douceur, de couleurs et de contraste. Il y a un décalage entre cette musique touchante, mélodieuse et nostalgique et cette petite fille que l’on voit se préparer pour faire un concert à ses peluches. Ce côté enfantin et oserais-je dire « foufou » (oui, on se lâche) nous emmène dans une joyeuse comptine. Mais un je-ne-sais-quoi (on l’a dit, on se lâche) mélancolique se dégage. Les décors sont immenses et semblent trop grand pour la petite. Les plans très symétriques sont traversés en courant par celle-ci. Tout s’enchaîne de façon mécanique. Chaque cadre est extrêmement dessiné, avec ces lignes qui fuient. Les contrastes lumineux sont poussés. Mais à chaque fois, c’est dérangé par l’élément perturbateur qu’est cette demoiselle qui se prépare, bouge, mets de la couleur, un peu de folie, de soi-même dans ce schéma trop droit. Un univers très Wes Anderson finalement.

On pourrait penser également à une déclaration d’amour à son public, ses fans qui sont là, devant la scène, qu’il admire tellement, avec ses yeux d’enfant. Il y a le paradoxe entre le métier de musicien, d’où ce côté très droit et professionnel (les décors, les cadres), mais qu’en face, il y a la folie, l’innocence et la bienveillance du public (la petite fille et ses peluches). Finalement, cela ressemble à un résumé du début de carrière de l’artiste. L’arrivée dans un univers trop grand, mais sans malaise. Rester soi-même, savoir où aller, trouver ses marques, son public, et puis se lancer. Et voilà l’histoire.

Tel un phoenix, Tom Bird renaît de ses cendres (même s’il n’avait pas brûlé ses ailes) et sort de sa cage. Et comme l’on dit si bien, petit à petit, l’oiseau fait son nid ! En tout cas, chez Kosmic, on ne va pas lui voler dans les plumes, ni lui donner des noms d’oiseaux, au contraire ! Tom Bird peut voler de ses propres ailes. Le chanteur n’en est pas à son chant du cygne (fort heureusement), mais il peut être fier comme un paon… Enfin bref…

 

David Dufour

Tom Bird : sa page Facebook 
Retrouvez le aussi sur Youtube et soundcloud

La Paire de Cerises : Leur page Facebook et leur site internet

No Comments

Post a Comment

+ 20 = 23