1000 chevaux vapeur : l’électronique sensuelle et poétique

Kosmic s’est lancée dans une petite embardée vers le nord pour s’offrir un nouveau morceaux du gratin de la scène indépendante. C’est en terre parisienne que la rédaction a trouvé son bonheur en allant à la rencontre avec 1000 Chevaux-Vapeurs, jeune musicien surfant sur une vague de musique électronique envoûtante.

 

Comme un véritable intoxiqué de musique (même si la drogue est condamnée ici), notre jeune prodige 1000 Chevaux-Vapeur, personnage campé par Théo Herrerias, terrasse le monde de la musique depuis sa tendre enfance. Débutant par le saxophone alors qu’il était tout juste en âge d’échanger des cartes Pokémon, il a tracé depuis son petit bonhomme de route pendant toutes ses saintes années : « J’avais sept ans quand j’ai commencé la musique au conservatoire » se confie-t-il, « comme beaucoup d’ados, j’avais plusieurs groupes au collège/lycée. J’ai enchaîné sur des études de musicologie un peu plus tard pour me spécialiser et petit à petit, j’ai continué à développer mes compétences pour mes créations. Au bout d’un moment, j’ai eu cinq morceaux finalisés et je me suis dit « tiens, si je les sortais ». C’est là que je me suis lancé dans ce projet en solo. »

En liant machines, chant et saxophone, Théo offre, dans son premier EP « Animals » (novembre 2016), un panel de composition flirtant avec l’envoûtement, le psychédélisme et une pointe d’érotisme : « Ce sont les premiers morceaux où je me suis décidé à chanter sur des prods. J’avais envie d’avoir une sorte de fil conducteur pour donner une certaine cohérence à mon travail. Pour ça j’ai voulu que ce soit assez doux et sensuel dans chacun de mes titres ». Afin d’illustrer la carte de la virtuosité électronique qu’il s’est approprié d’une main de maître, il utilise, avec des textes minutieusement ficelés, des formes métaphorique sexuelles avec des animaux. Un côté perché qui se lie parfaitement au décor langoureux qu’il a su imposé à travers sa musique.


Le boom electro

 

Poétique et naturel, Théo ne cesse de conquérir le coeur des plus férus en matière de musique électronique et salue de près la démocratisation de ce mouvement artistique en plein essor : « Ce qui est extraordinaire, c’est que depuis quinze ans, on a la chance d’avoir des logiciels qui permettent à tout le monde de faire de la musique sans l’aide de personne et de manière totalement professionnelle. On peut trouver de tout. La musique électronique est en train de monter comme le disco dans les années 80 alors forcément, il y’a une sorte d’explosion dans tout ce qui va dans ce style. Je suis très heureux qu’il puisse y avoir ce genre de logiciel car cela peut permettre à n’importe qui de créer un nouveau mouvement. »

Fort d’une notoriété grandissante, l’artiste a d’autres projets plein la caboche. En collaboration avec son frère, il s’implique également dans la création de musique de films et de publicités, et compte également monter une structure d’édition où tout un collectif d’artistes serait réunis pour travailler sur des briefs. What else ? Ah oui : il bosse déjà sur les productions d’un certain Hippocampe Fou et s’apprête à fouler quelques scènes avant de se lancer dans la préparation d’un nouvel EP. Il sera d’ailleurs en concert le 9 juin au Chateau du Rozier de Feurs et sera l’une des vedettes du Festival Paroles et Musique le 10 juin prochain au Palais des Spectacles de St Etienne.

 

Aviva Nakache 


1000 Chevaux Vapeur :
Sa page Facebook ici
Il a aussi des chaînes Youtube et Soundcloud

Château du Rozier : 1 Rue D’assier, 42110 Feurs
Palais des Spectacles : Boulevard Jules Janin, Plaine Achille, 42000 St Etienne

 

No Comments

Post a Comment

− 9 = 1